Louis Joseph Auguste Saint-Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.
Louis Joseph Auguste Saint-Laurent (ou de Saint-Laurent)
Image illustrative de l'article Louis Joseph Auguste Saint-Laurent

Naissance
Dunkerque (Nord)
Décès (à 69 ans)
Paris
Origine Royaume de France Royaume de France
Arme Artillerie
Grade Général de division
Années de service 1781-1814
Distinctions Baron d'Empire
Grand officier de la Légion d'honneur
Hommages nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 27e colonne.
Autres fonctions Directeur général des parcs des corps d'armes et des places du nord

Louis Joseph Auguste Gabriel, baron (de) Saint-Laurent, né le à Dunkerque (Nord), et mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un directeur des vivres, il devient lieutenant dans le régiment de Metz-artillerie le 16 juillet 1781, Saint-Laurent fit les campagnes d'Espagne, de 1782 et 1783, à bord d'une escadre successivement commandée par Viallis et d'Estaing.

Capitaine le 1er mai 1789, il servit à l'armée de l'Intérieur en 1792 et 1793, ayant sous ses ordres un équipage de 150 bouches à feu, parqué à Saint-Denis. Chef de bataillon sous-directeur d'artillerie à Strasbourg le 9 germinal an II, il eut, à l'armée des côtes de l'Ouest, le commandement d'un corps de 2 500 hommes.

Chef de brigade le 14 pluviôse an III, il exerça les fonctions de directeur d'artillerie et des parcs, en l'an IV, à l'armée de l'Intérieur, en l'an V dans la 1re division militaire, en l'an VI à Paris et à l'armée d'Angleterre, et en l'an VII aux armées de Mayence, d'observation du Danube et du Rhin. Le 3e jour complémentaire de cette même année, le général Muller demanda pour lui une arme d'honneur à titre de récompense de sa conduite à l'explosion d'un magasin de munitions et d'un parc de campagne stationné au fort de Landau.

Saint-Laurent, qui demeura de l'an VIII à l'an XIII attaché aux armées du Rhin, des Grisons et des côtes de l'Océan, avait été nommé général de brigade le 11 fructidor an XI, et commandant de l'École d'artillerie de Rennes le 29 brumaire an XII, membre et commandant de la Légion d'honneur les 19 frimaire et 25 prairial suivant. Il fut employé, de l'an XIV à 1808, à la Grande Armée, et en 1809 à l'armée du Nord.

L'Empereur, qui l'avait élevé au grade de général de division le 11 juillet 1807, lui accorda le titre de baron de l'Empire en 1810, et le gratifia d'une dotation de 10 000 francs sur un domaine situé en Westphalie.

Il fit, en tant que directeur du matériel, puis de l'artillerie, la guerre en Espagne, en 1812 et partie de 1813, et se rendit en Italie, où il commanda l'artillerie de l'armée d'Italie et où le prince vice-roi le décora de l'Ordre de la Couronne de fer, joignant à cette récompense l'envoi d'une gratification et de son portrait. Ce fut au général Saint-Laurent que la France dut la conservation de l'immense matériel d'artillerie qu'elle possédait au-delà des Alpes.

Grand officier de la Légion d'honneur le 23 août 1814, il fut admis à la retraite au mois de décembre suivant. Cet officier général mourut le 1er septembre 1832. Il est enterré à Saint-Mandé.

Son nom est inscrit au côté Sud de l'arc-de-triomphe de l'Étoile.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire OLH.svg
Blason famille fr Louis Joseph Auguste Saint-Laurent (baron).svg
Armes du baron Louis Joseph Auguste Saint-Laurent et de l'Empire

Parti, au premier burelé d'argent et de gueules de douze pièces, au deuxième d'azur à trois dents d'argent une et deux, surmontées d'une étoile du même posée au deuxième point en chef ; franc-quartier des barons de l'armée brochant sur le tout.[1],.


Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 3, Bureau de l'administration, (lire en ligne) ;

Références[modifier | modifier le code]