Louis-Alexandre de Bourbon (1747-1768)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis-Alexandre de Bourbon (homonymie).
Louis-Alexandre de Bourbon
Image illustrative de l'article Louis-Alexandre de Bourbon (1747-1768)

Titre prince de Lamballe
Autres fonctions Grand veneur de France
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Louis-Alexandre-Joseph-Stanislas de Bourbon
Naissance
à Paris
Décès
au château de Louveciennes
Père Louis-Jean-Marie de Bourbon
Mère Marie-Thérèse-Félicité d'Este
Conjoint Marie-Louise de Savoie
Signature de Louis-Alexandre de Bourbon

Arms of Louis Alexandre de Bourbon, Prince of Lamballe.png

Louis-Alexandre-Joseph-Stanislas de Bourbon, prince de Lamballe, est un aristocrate français né à Paris le et mort au château de Louveciennes le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Seul survivant avec sa sœur Marie-Adélaïde des sept enfants de Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre et de la duchesse Marie-Thérèse-Félicité d'Este, il est un enfant particulièrement aimé[réf. nécessaire] par ses parents.

Il perd sa mère à l'âge de 7 ans. L'année suivante, en 1755, il reçoit la charge de Grand veneur de France, qu'il gardera jusqu'à sa mort. Il est baptisé à Versailles le 27 Avril 1756, ayant pour parrain le roi et pour marraine la reine. Louis XV lui donne les prénoms de son grand-oncle, grand-père de l'enfant, le comte de Toulouse, et la reine celui de son père Stanislas Leszczynski. Le duc de Luynes précise que la reine donne toujours le prénom de Joseph à ses filleuls.

Comme un certain nombre de jeunes gens de la noblesse, sa jeunesse fut des plus licencieuses, et il fut entraîné en cela par son cousin le duc de Chartres. Son père décida de le marier pour tenter de l'assagir et lui choisit pour épouse une princesse douce et pieuse, Marie Louise de Savoie, dite « Mademoiselle de Carignan » (1749-1792), issue d'une branche cadette de la Maison royale de Savoie. Le mariage est célébré par procuration à Turin le et en personne à Nangis le .

Le mariage n'eut pas le résultat escompté : la jeune princesse, sincère, discrète et émotive n'avait pas les qualités propres à retenir un époux et le prince ne tarda pas à multiplier les infidélités, notamment avec une comédienne. Menant une vie dissolue et dépensant beaucoup, il dut vendre les diamants de son épouse pour éponger ses dettes. Il mourut moins d'un an plus tard d'une maladie vénérienne, à l'âge de 20 ans et sans descendance, laissant son père désespéré. Dans sa maladie, il fit preuve de courage et de résignation, devant même supporter l'ablation du pénis, tentative désespérée. Selon ses volontés, il fut inhumé sans cérémonies à Rambouillet.

L'année suivante, le duc d'Orléans demanda pour son fils Louis-Philippe (compagnon de débauche du défunt et futur « Philippe Égalité »), la main de Mademoiselle de Penthièvre. C'était une union scandaleuse pour l'époque entre un prince du sang légitime et une demoiselle issue d'une ligne bâtarde légitimée, mais la mort de son frère avait fait de la jeune fille la plus riche héritière du royaume.

Jean-Baptiste Charpentier le Vieux, La Famille du duc de Penthièvre en 1768 ou La Tasse de chocolat, huile sur toile, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Portrait de groupe représentant le duc de Penthièvre (1725-1793) en compagnie de son fils, le prince de Lamballe (1747-1768), de sa belle-fille Marie-Louise de Savoie (1749-1792) avec son chien, de sa fille Marie-Adélaïde dite « Mademoiselle de Penthièvre » (1753-1821), et de sa mère Marie-Victoire de Noailles (1688-1766).

Titres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]