Louis Adrian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Adrian
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
Église Notre-Dame de Genêts - Tombe du général Adrian.JPG
Vue de la sépulture.

Louis Auguste Adrian, né à Metz le , décédé à Paris (Val-de-Grâce) le (à 73 ans)[1], fut un ingénieur polytechnicien et un intendant militaire français connu pour avoir fait produire[2] le casque Adrian qui équipera les armées françaises dans le courant de la Première Guerre mondiale et au début de la Seconde. On lui doit aussi le « baraquement Adrian », un baraquement militaire démontable.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Auguste Adrian avait dû quitter Metz, dans une charrette de ses parents, lors de l’annexion allemande, en 1871. Lauréat du concours général, il est admis à l’école Polytechnique[3] ; Après son passage à l'école d'application de l'artillerie et du génie, officier, il choisit le Génie.

En 1885, il rejoint la chefferie de Cherbourg, et travaille à Saumur, Rennes, Saint-Malo, et à Granville face au Mont-Saint-Michel. À Saint-Malo, de 1891 à 1895, il dirige les aménagements défensifs de l'île Cézembre, en face de la cité malouine.

En 1907, devenu sous-directeur de l’intendance au ministère de la Guerre, Louis Adrian traque les fraudes et les corruptions, ce qui lui vaut des ennemis sûrs, chez les militaires, comme chez les civils. Il s’en lasse, obtient de partir en retraite en , mais la guerre arrive et il demande à être réintégré. Chargé des questions d’habillement, il s’illustre aussitôt à Lille en sauvant 4 000 tonnes de drap au nez et à la barbe des Allemands. Il prend l’initiative, fournit aux soldats des chapes en peau de mouton pour l’hiver, des bottes de tranchées.

Baraquement Adrian[modifier | modifier le code]

En , les tentes venant à manquer, il propose des baraquements démontables, qu’on utilisera jusqu’en Afrique, à Salonique et à Corfou.

Il s'agit de préfabriqués en bois, multi-usages très utilisés durant la première guerre mondiale comme casernements, bureaux, magasins, hangars, ateliers, salles d’opération, salles de réception... Ils ont largement survécu à la guerre et certains servaient encore dans les années 1970 de logement, soit tels quels, soit recouverts de parement. Les avantages étaient multiples : économique car la baraque coûtait le même prix qu’une tente de volume équivalent ; faciles à monter avec de la main-d'œuvre non qualifiée ; démontables, modulables et réutilisables. Enfin c’était une structure très stable du fait de ses appuis excentrés . Le modèle de base avait une longueur de 12 m, mais il était possible d’y accoler un second. Les baraques étaient initialement sans gouttière et recouvertes de toile goudronnée ; pour un usage civil, des tôles ondulées et des gouttières seront ajoutées.

Casque Adrian[modifier | modifier le code]

C’est durant l’hiver 1914 qu’il s’attaque au problème le plus grave. 77 % des blessés parmi les poilus le sont à la tête, et plus de 80 % de ces blessures sont mortelles. En décembre, Adrian propose un type de cervelière se plaçant sous le képi, puis un casque de tôle d’acier très léger, pesant seulement 700 grammes. Pas cher, et de fabrication simple, 7 millions de casques sont fabriqués dans l’année. Les Belges, les Italiens, les Serbes, les Roumains, et les Russes vont l’adopter. L’effet est spectaculaire : en 1916 on ne compte plus que 22 % de blessures à la tête, et la moitié ne sont pas mortelles. Adrian a sauvé des centaines de milliers d’hommes.

Autres réalisations[modifier | modifier le code]

Malgré l’acharnement de ses détracteurs, il continue ses recherches, mettant au point des cuirasses, des lunettes pare-éclats, des tourelles blindées pour aviateurs, et étudiant même le recours à l’énergie solaire. Clemenceau fait appel à lui pour localiser par triangulation, à partir des impacts des obus allemands tombés sur Paris et dans la forêt de Compiègne, les " canons de Paris "(Pariser Kanonen ou Wilhelmgeschutze en allemand, des canons à longue portée de calibre 210 mm) qui bombardent Paris à partir du . Triomphant, mais usé, il se retire en 1920.

Distinction[modifier | modifier le code]

Il est promu à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur le .

Louis Adrian meurt à l'hôpital du Val-de-Grâce le . Sa tombe, à Genêts, dans la Manche, est unique : elle est coiffée d’un casque Adrian de granit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de Paris Ve, , acte no 1012
  2. Il semble que la personne qui a mis au point le modèle de casque 1915 soit le chef d'atelier Louis Kuhn, dans les usines Japy. Le rôle d'Adrian dans une coconception varie suivant les sources mais c'est lui qui l'a fait produire en masse pour l'Armée Française.
  3. Fiche matricule d'Auguste Louis Adrian à l'École polytechnique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites Internet[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Album de la guerre 1914-1918, l’illustration Paris 13 rue Saint-Georges année 1927.
  • Pierre Brasme, Ces Lorrains qui ont fait l'Histoire. Le Papillon Rouge Éditeur, . (ISBN 978-2-917875-84-1), p. 13-17