Los Planetas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Los Planetas
Description de cette image, également commentée ci-après
Los Planetas au festival Sonorama, le 17 août 2007.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre musical Pop rock, rock indépendant, indie pop, shoegazing, pop psychédélique
Années actives Depuis 1993
Labels Elefant Records, RCA-BMG, RCA-Sony BMG, Octubre-Sony Music Entertainment, El Segell del Primavera, El Ejército Rojo
Site officiel www.losplanetas.es
Composition du groupe
Membres Jota (Juan Ramón Rodríguez)
Florent (Florentino Muñoz)
Eric (Ernesto Jiménez)
Banin (Esteban Fraile)
Julián (Julián Méndez)
Anciens membres May Oliver
Paco Rodríguez
Carlos Salmerón
Raúl Santos
Fernando Novi
Jesús Izquierdo
Kieran Stephen
Miguel López
Israel Medina

Los Planetas est un groupe de rock indépendant espagnol, originaire de Grenade. Formé au début des années 1990, il a été l'un des chefs de file du mouvement musical indépendant espagnol. Le groupe est né de l'union de Juan Ramón Rodríguez (connu sous son nom de scène Jota), chanteur et compositeur de la plupart des chansons, et Florentino Muñoz (Florent), auxquels se sont joints progressivement plusieurs autres musiciens.

Biographie[modifier | modifier le code]

De Los Subterráneos à Medusa EP (1990-1993)[modifier | modifier le code]

Juan Rodríguez (Jota) (étudiant en sociologie à l'Université de Grenade) et Florent Muñoz (étudiant de Derecho) se rencontrent pendant les années 1990, et rapprochent musicalement. Ils décident de former le groupe Los Subterráneos (deux versions du groupe existent : une en hommage au groupe new-yorkais The Velvet Underground, et l'autre en référence au livre homonyme de Jack Kerouac) à la voix et à la guitare respectivement, avec May Oliver à la basse et, plus tard, Paco Rodríguez à la batterie. Los Subterráneos publiera une variété de démos, dont une en avril 1992 qui inclut les morceaux Mi hermana pequeña, El centro del cerebro, La caja del diablo etEspiral, enregistrés avec le nouveau batteur, Carlos Salmerón.

Entretemps, Christina Rosenvinge est accompagnée par Los Subterráneos pour ses premiers albums en solo, avec lesquels J et les autres décident de changer définitivement leur nom pour Los Planetas, avec lequel ils participeront à plusieurs concours (Radio 3[1], Rockdelux...), et aux programmes de radio consacrés à la musique indépendante espagnole, tels que Discogrande et Diario Pop. À partir de là, Mi hermana pequeña (meilleure chanson nationale de l'année 1992 pour Rockdelux et Discogrande[2]) et Pegado a ti sont inclus dans leur premier vinyle, l'EP Medusa, publié par le label indépendant Elefant Records, en 1993 et ??produit par Antonio Arias et Miguel A. Rodríguez (Lagartija Nick) (le batteur étant encore Paco Rodríguez). En 1996, Elefant Records rééditera Medusa en format CD.

Super 8 et Pop (1994-1996)[modifier | modifier le code]

La montée de la musique indépendante espagnole attire l'intérêt de plusieurs multinationales qui signeront ses groupes, comme notamment BMG, et ensuite l'A&R Javier Liñán (plus tard à Warner Chapell, de la succursale Virgin Chewaka et à El Volcán Música, actuellement agent de gestion de Los Planetas[3]) ; puis Los Planetas signera au label RCA Records[4].

Leur album Super 8 est produit par Fino Oyonarte (bassiste du groupe madrilène Los Enemigos, et fondateur et temporairement membre du groupe Clovis). Il est publié aux labels RCA-BMG, le , en vinyle, CD et cassette. Il comprend l'une de leurs premières démos, De viaje (reprise par Astrud et Fangoria en CD single publié chez Club FanFatal en 1998, le premier single Brigitte, une reprise de Desorden d'Ian Curtis, La caja del diablo et, entre autres, le morceau à succès [ué puedo hacer. Javier Aramburu, qui sera responsable de l'art du travail du groupe jusqu'en 2005, est responsable de la conception de la couverture et du livret de l'album.

Pour leur deuxième album disco, le groupe fait appel au producteur Kurt Ralske (meneur du groupe new-yorkais Ultra Vivid Scene). Pop, une suite de Super 8 qui comprend trois singles (Himno generacional#83, David y Claudia et Punk, est publié en formats CD et cassette par RCA et en format vinyle par Subterfuge). Paco Rodríguez qui définitivement le groupe et est remplacé par Raúl Santos.

Una semana en el motor de un autobús (1997-2000)[modifier | modifier le code]

Enregistré à New York, et de nouveau produit par Kurt Ralske, Una semana en el motor de un autobús est publié par RCA-BMG, le , en formats CD et cassette audio. Il est bien accueilli par Rockdelux qui le consacre meilleur disque de l'année, second meilleur disque des années 1990, et 18e disque international du XXe siècle. Il s'agit d'un album-concept qui raconte pendant une heure, la vie du protagoniste du disque, vivant une semaine de déceptions, de fêtes, d'euphorie, de colère, de hauts et de bas. Trois nouveaux singles en sont extraits (Segundo premio, Cumpleaños total et La Playa). Dans la formation, May Oliver et Raúl Santos sont renvoyés, et remplacés respectivement par l'écossais Kieran Stephen (futur membre de Migala et plus tard membre de Fantasy Bar) et Novi (Fernando Novi, bassiste du groupe de punk rock PPM et road manager de Los Planetas), puis par Eric Jiménez (ex-KGB et aussi Lagartija Nick). Ils font aussi participer Jesús Izquierdo (claviers) et Banin Fraile (claviers, guitares et effets), ce dernier finira par faire partie de la formation stable du groupe.

En mai 1999, ils publient Canciones para una orquesta química. Singles y EP 1993-1999, un double album qui comprend tous les singles publiés jusque là, accompagné des EP Medusa, Nuevas sensaciones et ¡Dios existe! El rollo mesiánico de Los Planetas. Cette même année, la Rockdelux Publishing Company publie La Verdadera historia, une biographie du groupe écrite par Jesús Llorente, critique musical, écrivain et directeur du label Acuarela Discos[5].

Unidad de desplazamiento (2000-2001)[modifier | modifier le code]

Coproduit et enregistré par le producteur Carlos Hernández, l'album Unidad de desplazamiento continue musicalement dans la même lignée que son prédécesseur, Una semana en el motor de un autobús. Vas a verme por la tele et Un buen día sont les singles de l'album. La première édition de l'album est publié en sextuple digipack et la seconde en format normal (qui comprend le clip de Un buen día).

Encuentros con entidades (2002-2003)[modifier | modifier le code]

Leur cinquième album studio, Encuentros con entidades, est publié par RCA-BMG, le . Il est coproduit par Carlos Hernández au studio El Refugio Antiaéreo ; un technicien-son américain externe au groupe et approuvé par Carlos Hernandez devait participer au mixage, mais rien ne se passe finalement comme prévu aux Playground Studios de Chicago, aux États-Unis, avec Keith Cleversley[6].

Finalement, il est mixé par Carlos Hernández lui-même au Refugio Antiaéreo. Ce disque comprend les singles Corrientes circulares en el tiempo, Pesadilla en el parque de atracciones, El espíritu de la Navidad et El artista madridista. Tous les singles incluent un DVD avec un ou deux clips vidéo chacun, et un DVD est édité avec des vidéos de toutes les chansons (à la fois en stéréo et en 5.1) et certains des clips promotionnels d'anciens singles[7]. Encuentros con entidades est initialement publié en format digipack, puis en format normal.

Le 17 décembre 2003, le magazine Cáñamo publie l'album Los Planetas se disuelven qui comprend quatre chansons enregistrées sous différentes substances psychoactives par Carlos Hernández[8].

Los Planetas contra la ley de la gravedad (2004-2006)[modifier | modifier le code]

De nouveau enregistré par Carlos Hernández, Los Planetas contra la ley de la gravedad est publié par RCA-BMG, le , et comprend des morceaux comme El golpe de gracia, Nunca me entero de nada (qui fait participer Guille Mostaza, du groupe Ellos), et les singles Y además es imposible (un duo avec Irantzu Valencia), classé premier des ventes espagnoles[9] et No ardieras. Pour la première fois, un album de Los Planetas contient des chansons précédemment éditées : : Experimentos con gaseosa, morceau issu de l'EP Los Planetas se disuelven (Cáñamo / RCA 2003), et Podría volver, version de Bambino incluse dans la compilation Bambino, por ti y por nosotros (RCA - BMG 2004)[10].

Le coffret Singles 1993-2004. Todas sus caras A / Todas sus caras B, publié par RCA-BMG, le 28 mars 2005, comprend les 22 singles édités présentés indiivduellement dans un emballage carton[11]. Il fera participer pour la dernière fois Javier Aramburu comme concepteur de couverture.

La leyenda del espacio (2007-2008)[modifier | modifier le code]

L'album La leyenda del espacio est publié par RCA-Sony-BMG, le . Le titre s'inspire de l'album La leyenda del tiempo, publié en 1979 par Camarón de la Isla[12]. Plusieurs chansons de l'album, comme El canto del Bute, Si estaba loco por ti, Reunión en la cumbre, Ya no me asomo a la reja, Tendrá que haber un camino (chanté par Enrique Morente) et le single Alegrías del incendio, adoptent des styles de flamenco à des structures de rock. Cette fois, c'est Daniel D'Ors Vilardebó qui est responsable de la conception de la couverture de l'album.

Concernant les éléments de flamenco, Jota dirá expliquera des années plus tard que « le rock'n'roll est un peu axé flamenco. Et on l'a fait sans que les gens le remarquent. Le public pensait que c'était de la pop normale, mais ce sont des chansons qui ont marquées dans la culture andalouse pendant des siècles, la seule chose que nous varions c'est l'harmonie, la différence entre le flamenco et la musique populaire européenne est dans la corde sensible[13]. »

Le , il est reconnu meilleur album national de rock alternatif de 2007 aux Premios de la Música organisés par l'Academia de las Artes y las Ciencias de la Música[14]. Le 15 octobre 2008, le concert hommage La leyenda de Los Planetas est célébré à la Sala 1 de l'Auditori de Barcelone, à l'occasion du 15e anniversaire du premier EP du groupe[15]. Les groupes qui y participent incluent Clovis, Pumuky, Manos de Topo, Fantasma #3, Tachenko, Nacho Vegas, Lori Meyers et Lagartija Nick.

Principios básicos de astronomía (2009)[modifier | modifier le code]

En juillet 2009 sort le premier album du groupe sous le label Sony BMG Music Entertainment : la compilation Principios básicos de Astronomía en double édition (CD, et pack comprenant CD, DVD et comic book illustré par Juanjo Sáez qui interprète 22 chansons de Los Planetas[16]. Dans certains des concerts du groupe, organisés en 2009, le bassiste Miguel López est remplacé par Israel Medina de Half Foot Outside[17].

Una ópera egipcia (2010)[modifier | modifier le code]

Los Planetas au Razzmatazz, de Barcelone, en 2010.

En hommage au chanteur Manolo Caracol, Los Planetas sortent le l'EP Cuatro palos, qui comprend quatre chansons, chacune dans un style flamenco différent. Avec une couverture conçue, encore, par Daniel D'Ors Vilardebó, l'album est un avant-goût du huitième album du groupe[18].

Le titre du huitième album est Una ópera egipcia[19]. Il fait participer La Bien Querida en deux chansons, Enrique Morente, Antonio Arias, David Rodríguez, et Eloy Heredia[20]. Ils font appel à Max[21] pour le clip du single Y además es imposible. Le 28 avril 2011, l'album est nommé meilleur disque national de rock alternatif de 2010 aux Premios de la Música organisés par l'Academia de las Artes y las Ciencias de la Música[22]. Pour l'album, le groupe recrute Julián Méndez, ancien basisste et membre fondateur du groupe Lori Meyers, et bassiste du projet parallèle de Florent et Banin, Los Invisibles[23].

En mars 2010, ils participent (avec Amaral, Tom Cary, Nudozurdo et The Unfinished Sympathy) au festival South by Southwest (SXSX), d'Austin, au Texas, au programme Sounds from Spain d'ICEX[24].

Los Evengelistas (2010-2012)[modifier | modifier le code]

En 2010, J commence à expérimenter des sons avec Enrique Morente et Juan Habichuela Nieto, dont une version de Un hombre solo de Décima Víctima, mais la mort d'Enrique provoque un séisme au sein du groupe ; Los Planetas se bat pour revendiquer son héritage à travers Los Evangelistas[13]. J, Eric, Florent et Antonio Arias (chanteur de Lagartija Nick) forment en 2011 Los Evangelistas, un groupe en hommage à Enrique Morente, qui effectuera son premier concert le 18 juin pendant la quatrième édition de La Noche Blanca del Flamenco, à Córdoba[25],[26].

Le vinyle et CD Homenaje a Enrique Morente est publié au label El Ejército Rojo, en octobre 2012, « un album hommage dans lequel ils revoient d'une perspective très personnelle douze morceaux d'Enrique Morente. Ils ont le soutien de sa famille, en particulier avec une collaboration vocale de Soleá Morente[27]. » En 2013 sort l'EP Encuentro chez El Volcán, cinquième morceau en collaboration avec Soleá Morente au chant[28].

De viaje por Los Planetas (2013-2016)[modifier | modifier le code]

Le , les éditions Ondas del Espacio publient, en parallèle au vingt ans de Super 8, De viaje por Los Planetas, un livre illustrant la carrière du groupe[29]. Il fait participer Julio Ruiz, Jesús Llorente, Santi Carrillo, Guillermo Z. del Águila, Joaquín Pascual, Borja Prieto, Jesús Ordovás, Antonio Arias et Joan S. Luna à l'écriture ; et Abel Cuevas, Moderna de Pueblo, Joaquín Reyes, Paula Bonet et Juan Berrio, entre autres, pour les illustrations. Il est accompagné d'un CD comprenant les morceaux de Medusa EP, Super 8 et Nuevas sensaciones de Doble Pletina, Grushenka, Manu Ferrón, El Faro, Odio París, Klaus y Kinski, Reina Republicana, Disco las Palmeras!, Muy Fellini, McEnroe, Pumuky, Estela, El Último Vecino, Universal Circus, Los Bonsáis, Dënver, et Cosmen Adelaida.

En mars 2015, le label El Segell del Primavera sort leur EP Dobles fatigas, qui comprend quatre chansons pour un total de 20 minutes. Il est mis en ligne su le site web du groupe le 10 avril et mis en vente le 4 mai 2015[30]

Zona temporalmente autónoma (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

A la fin 2016, le groupe annonce la sortie, pour le 27 janvier 2017[31], du CD single et vinyle sept pistes Espíritu olímpico, qui fait participer La Bien Querida, et de l'album Zona temporalmente autónoma, publié le 24 mars 2017[32],[33],[34],[35].

Le 24 février 2017 sort le deuxième single de l'album, Islamabad, qui s'inspire de Ready pa morir de Yung Beef[36],[37]. Le 21 mars 2017 sort le nouveau morceau Porque me lo digas tú[38].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Juan Ramón Rodríguez Cervilla / J Rodríguez / J / Jota - voix, guitare
  • Florentino Muñoz Lozano / Florent Muñoz / Florent - guitare
  • Ernesto Jiménez Linares / Eric Jiménez / Erik / Eric - batterie
  • Esteban Fraile Maldonado / Banin Fraile / Banin - clavier, guitare
  • Julián Méndez Podadera / Julián Méndez / Julián - basse, chœurs

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Super 8
  • 1996 : Pop
  • 1998 : Una semana en el motor de un autobús
  • 2000 : Unidad de desplazamiento
  • 2002 : Encuentros con entidades
  • 2004 : Los Planetas contra la ley de la gravedad
  • 2007 : La leyenda del espacio
  • 2010 : Una ópera egipcia
  • 2017 : Zona temporalmente autónoma

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Canciones para una orquesta química (compilation de tous les singles parus à cette époque)
  • 2004 : Singles 1993-2004
  • 2009 : Principios básicos de Astronomía

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) La Voz de Galicia, « El big bang del «indie» español » (consulté le 24 juin 2015).
  2. (es) L. Calonge / El País, « Julio Ruiz pincha mañana en EL PAÍS » (consulté le 24 mars 2011).
  3. (es) El Volcán Música, « Ficha de Los Planetas en El Volcán Música » (consulté le 17 août 2009).
  4. (es) JNSP, « Javier Liñán (El Volcán Música): “No tenemos un puto prejuicio”. Los Planetas, La Buena Vida, Chewaka… una vida llena de aciertos » (consulté le 17 août 2009).
  5. (es) Musicoscopio, « Los Planetas - La verdadera historia (Libro, 2000) » (consulté le 29 juillet 2009).
  6. (es) El Mundo, « "Encuentros con entidades", el disco más emocional de Los Planetas en su X aniversario » (consulté le 29 juillet 2009).
  7. (es) Terra, « El director Marc Lozano nos presenta el DVD Encuentros con Entidades... sus videos al completo » (consulté le 29 juillet 2009).
  8. (es) Borja Hermoso / El Mundo, « Una historia de la música... y sus drogas » (consulté le 29 juillet 2009).
  9. (es) Promusicae, « Top 20 Singles y Maxisingles. Lista de los titulos mas vendidos del 21.06.04 al 27.06.04 » (consulté le 20 juillet 2009).
  10. (es) Amelia Castilla / El País, « Catorce artistas rumbean por Bambino » (consulté le 20 juillet 2009).
  11. (es) El Mundo, « Los Planetas publican una caja con 60 sencillos, caras B y rarezas » (consulté le 1er août 2009).
  12. (es) El País, « Los Planetas juntan el pop y las raíces flamencas en 'La leyenda del espacio' » (consulté le 20 juillet 2009)
  13. a et b (es) Eduardo Tébar, « Los Planetas: “El indie fue la única cultura de resistencia en los noventa », sur Mondosonoro, (consulté le 12 mars 2017).
  14. (es) Ideal, « Los Planetas, mejor grupo de rock alternativo en los Premios de la Música » (consulté le 12 mars 2017).
  15. (es) Gabriel Trinade, « 'Devuélveme la pasta que me debes' », sur Noticia de www.elmundo.es donde se informa sobre el concierto "La leyenda de Los Planetas" (consulté le 19 octobre 2008).
  16. (es) Indie Bites, « Los Planetas llevados al cómic ».
  17. (es) Heineken.es música, « Nuevo EP y mini-gira de Los Planetas » (consulté le 26 octobre 2008).
  18. (es) Rafa Piera, « Los Planetas regresan con "Cuatro Palos" », sur Indienauta.
  19. (es) Henrique Mariño, « Los Planetas lanzan 'Una ópera egipcia' el 9 de marzo », sur Público, (consulté le 18 février 2010).
  20. (es) Mondosonoro, « El regreso de Los Planetas », sur Mondosonoro, (consulté le 9 janvier 2010).
  21. (es) Efe Eme, « Max diseña la cubierta del nuevo disco de Los Planetas », sur Efe Eme, (consulté le 17 mars 2010).
  22. (es) Canal Sur 1, « Los Planetas, La Mala, Morente, Chano Domínguez y Pastora Soler, Premios de la Música » (consulté le 28 avril 2011).
  23. (es) J.M. Bolívar, « Primicia en la Vía Lactea: 'El libro del Universo' », sur Granada Hoy, (consulté le 6 février 2010).
  24. (es) ICEX, « “Sounds from Spain” viaja al festival SXSW de Austin » (consulté le 17 avril 2010).
  25. (es) « Los Discípulos (Los Planetas + Antonio Arias), homenajean a Morente en La Noche en Blanco de Córdoba: 'demasié pal body' », sur Hipersónica, .
  26. (es) « Los Planetas y Lagartija Nick interpretarán a Morente en Córdoba », sur Efe Eme, .
  27. (es) « Los Evangelistas », sur Lafonoteca.
  28. (es) « Y Soleá, hija de Morente, se puso al cante », sur El País.
  29. (es) « De viaje por Los Planetas », sur Rockdelux.
  30. (es) « Los Planetas preparan “Dobles fatigas”, nuevo ep que verá la luz a principios de mayo », sur El Seguell del Primavera.
  31. (es) Raúl Guillén, « Los Planetas / Zona temporalmente autónoma », sur Jenesaispop, (consulté le 24 mars 2017).
  32. (es) « Los Planetas anuncian nuevo single con La Bien Querida y disco », sur Jenesaispop, .
  33. (es) « Los Planetas anuncian nuevo disco para el próximo año », sur Público, .
  34. (es) « El indie nacional, a la espera del regreso de Los Planetas », sur La Opinión de Málaga, .
  35. (es) « Los Planetas inician 2017 con nuevo disco », sur IndyRock, .
  36. (es) « Escucha la adaptación de Los Planetas de Yung Beef que irá en su disco », sur Jenesaispop, .
  37. (es) « Los Planetas: segundo single », sur Rockdelux, .
  38. (es) « Escucha ‘Porque me lo digas tú’ de Los Planetas », sur Jenesaispop, .

Liens externes[modifier | modifier le code]