Les Enfants terribles (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Enfants terribles.

Les Enfants terribles est un roman de Jean Cocteau paru en 1929.

Genèse du roman[modifier | modifier le code]

Paul veut aller voir son idole Dargelos, le coq du collège, pour lui montrer de quoi il est capable. Mais, en arrivant devant son idole, son acolyte lui envoie une boule de neige dans la bouche et Dargelos lui envoie une pierre entourée de neige en pleine poitrine. Paul s'évanouit, le censeur et le concierge arrivent, prennent le malade et demandent à Dargelos de venir avec eux. Dans la loge du concierge, Dargelos subit un interrogatoire pour savoir ce qui s'est vraiment passé. Paul se réveille et dit que ce n'est pas la faute de Dargelos, même si Gérard, l'ami de Paul, appuie sur le fait que Dargelos a envoyé cette boule de neige trafiquée. Le censeur, croyant en ce que dit Paul, laisse repartir Dargelos et appelle une voiture pour ramener Paul chez lui.

Résumé[modifier | modifier le code]

Blessé par une pierre dissimulée dans une boule de neige, Paul est condamné à garder la chambre le temps de reprendre quelques forces : il ne la quittera plus. C'est encore un enfant, mais délaissé par une mère mélancolique, il est déjà livré à lui-même, gouverné par sa fantaisie et celle de sa sœur Élisabeth ; à eux deux, ils vont transformer leur chambre en scène permanente et y jouer indéfiniment la comédie de l'enfance. Comédie à peine troublée par la mort de la mère, qui les laisse libres de leur destin, libres d'explorer sans entraves leur univers imaginaire, libres de nier le monde réel, le monde des adultes, de la raison, qui semble ne jamais devoir les rattraper.

Personnage[modifier | modifier le code]

  • Dargelos : cancre superbe, collectionnant les poisons puis les armes, ce Gavroche rock-and-roll avant l'heure a fasciné des générations d'adolescents. Il s'agit en réalité d'une évocation du premier amour déçu de l'auteur, raconté par celui-ci dans son opuscule autobiographique Le Livre Blanc (1930)[1].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le roman a été adapté au cinéma en 1950 par Jean Cocteau lui-même dans un film du même nom réalisé par Jean-Pierre Melville.

Il a été adapté au théâtre et mis en scène par Jean Christophe Barbaud (avec Olivier Poivre d'Arvor en tant que conseiller littéraire) en 1984[2].

Il a aussi été adapté pour la radio en 1947 et à l'opéra en 1996.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://semgai.free.fr/doc_et_pdf/cocteau_livre_blanc.pdf
  2. Cocteau, Jean (1889-1963) et Barbaud, Jean-Christophe, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, (consulté le 11 janvier 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]