Le Pré Béjine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Pré Béjine
Publication
Auteur Ivan Tourgueniev
Titre d'origine
Бежин луг
Langue Russe
Parution Drapeau : Russie 1851,
Le Contemporain
Recueil
Intrigue
Date fictive Une nuit
Lieux fictifs Au lieu-dit, le pré Béjine
Personnages Le narrateur
Ilioucha
Kostia
Pavloucha
Deux autres enfants
Nouvelle précédente/suivante

Le Pré Béjine est une nouvelle d'Ivan Tourgueniev parue dans la revue russe Le Contemporain en 1851. La nouvelle fait partie du recueil Mémoires d'un chasseur et raconte les peurs et superstitions de cinq enfants.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur, de retour d'une chasse fructueuse, ne reconnaît plus son chemin, il s'est perdu, la nuit approche. Enfin, il reconnaît l'endroit, c’est le pré Béjine. Il y a là cinq enfants de quatorze à sept ans qui gardent des chevaux. Ils vont passer la nuit ici pour les surveiller avec deux chiens et rentreront demain matin.

Ils lui font une place autour du feu, et lui, pour ne pas les déranger et aussi les écouter, fait rapidement semblant de dormir. Les enfants reprennent la conversation interrompue. Ilioucha raconte les circonstances de sa rencontre avec le lutin Domovoï ; Kostia, comment le charpentier Gabriel a rencontré l’ondine Roussalka qui lui a jeté le sort d'être triste toute sa vie.

Soudain, les chiens aboient et courent après quelque chose. Pavloucha monte sur un cheval et suit les chiens. Peu après, il revient. Peut être était-ce un loup ?

Les enfants parlent du présage céleste, une éclipse. Tout le monde était pourtant prévenu, mais la peur a été la plus forte. On croyait que l’Antéchrist Trichka arrivait. Kostia raconte que l’âme d’Akim le forestier, qui a été noyé par des brigands, rode dans les parages : il faut faire attention en allant à la rivière que l’Esprit, Vodianoï, ne vous saisisse comme Akoulina qui, depuis, erre à demie folle dans la bourgade. Enfin, tout le monde s’endort.

À l’aube, le narrateur repart, salue Pavloucha et rentre chez lui. Il apprendra plus tard que le garçon est mort, peu après, d’une chute de cheval.

Édition française[modifier | modifier le code]