Le Démon des armes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gun Crazy: Le démon des armes (Deadly is the Female - Gun Crazy) est un film réalisé par Joseph H. Lewis et sorti en 1950.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bart Tare a toujours été fasciné par les armes, au point qu'il tente d'en voler une dans la vitrine d'un marchand, à l'âge de 14 ans. Après la maison de correction et l'armée, il revient au pays, avec des idées de vie honnête et sereine... Mais un jour, un cirque visite la ville, et Bart assiste au numéro de tir d'Annie Laurie Starr, qui possède, comme lui, une suprême adresse dans cet exercice... Il s'engage à ses côtés, c'est bientôt le mariage et la dèche... Les deux tireurs d'élite en viennent à penser au braquage. Bart le vit comme un cauchemar mais pas Annie, toujours avide, moins d'argent que de sensations fortes. Autre détail mais il est d'importance, Annie, contrairement à Bart, ne récuse pas l'idée de tuer un jour...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Gun Crazy: Le démon des armes est le titre utilisé par l'IMDb et le film est nommé couramment : Gun Crazy.
  • Le Démon des armes connut une sortie tardive en France, mais fut très vite reconnu comme un bijou du genre. Ado Kyrou voyait en lui «un film admirable qui seul de tout le cinéma marque nettement le chemin qui mène de l'amour fou à la révolte folle[1] ».
  • Dalton Trumbo, qui se trouvait alors sur la liste des Dix d'Hollywood, n'est pas mentionné au générique. C'est Millard Kaufman qui endossa la paternité du scénario.
  • Une courte scène montre l'arrestation de suspects durant la cavale du couple (57e minutes). On y voit des des voitures de police s'arrêtant devant le commissariat ("detective bureau") déversant leur lot d'inculpés. Cette scène sera de nouveau "utilisée" dans les films Chasse au gang (Crime Wave) en 1954 et Association criminelle (The Big Combo) en 1955, respectivement à la 10e minutes et 19e minutes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Jean Tulard dans Le Dictionnaire des réalisateurs. Robert Laffont. 2007.

Lien externe[modifier | modifier le code]