Lactaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les champignons du genre Lactarius (les lactaires) sont des basidiomycètes de la famille des Russulaceae, présentant des sporophores fragiles ayant la particularité d’exsuder un lait plus ou moins abondant (latex) lorsqu’ils sont blessés ou coupés.

Description[modifier | modifier le code]

Les lactaires se reconnaissent par deux caractères faciles à observer : une chair cassante comme de la craie et les lames plus ou moins décurrentes (lames qui se prolongent sur le stipe) qui exsudent du latex (ou lait) lorsqu'on les froisse ou que l'on pratique une coupe dans la chair du champignon[1]. Certains lactaires au moins peuvent efficacement bioconcentrer des radionucléides tels que le césium-137 des retombées de la catastrophe de Tchernobyl, notamment dans leur chapeau[2].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

En 2011, une étude phylogénétique rétablit le sous-genre Lactifluus[3].

Espèces[modifier | modifier le code]

On en compte des centaines d'espèces dans le monde, dont, selon Index Fungorum (10 octobre 2020)[4] :

Sélection d'espèces européennes notoires[modifier | modifier le code]

Le Lactaire délicieux (Lactarius deliciosus) produit à la cassure un latex peu abondant couleur carotte, qui s'éclaircit en séchant et devient vert après quelques heures.

Groupe des Lactarius deliciosus (section Dapetes)[modifier | modifier le code]

Autres espèces[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Borgarino, Christian Hurtado, Champignons de Provence, Edisud, , p. 196
  2. Ivanka Nikolova, Karl J. Johanson, Anders Dahlberg, «Radiocaesium in fruitbodies and mycorrhizae in ectomycorrhizal fungi», Journal of Environmental Radioactivity, volume 37, Issue 1, 1997, p. 115-125 (résumé).
  3. F. Barrie, «Report of the General Committee», 11, Taxon, 60, 4, 2011, p. 1211-1214 (url=http://www.ingentaconnect.com/content/iapt/tax/2011/00000060/00000004/art00026).
  4. Index Fungorum, consulté le 10 octobre 2020
  5. Jerzy Falandysz, Aneta Jezdrusiak, Krzysztof Lipka, Kurunthachalam Kannan, Masahide Kawano, Magdalena Gucia, Andrzej Brzostowski, Monika Dadej, 2003, «« Mercury in wild mushrooms and underlying soil substrate from Koszalin, North-central Poland »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)», Chemosphere, 54 2004, p. 461-466.
  6. Goûter le latex ou la chair avant de recracher : doux au début, ils deviennent en quelques secondes âcres et piquants. Les cellules fongiques possèdent dans leurs vacuoles des précurseurs qui sont libérés lors d'une lésion des champignons, des enzymes catalysant la formation de sesquiterpènes à l'origine de ce goût poivré (le caryophyllène est un sesquiterpène qui contribue au goût épicé du poivre). Cf (en) Du-Qiang Luo, Fei Wang, Xiao-Ying Bian & Ji-Kai Liu, « Rufuslactone, a New Antifungal Sesquiterpene from the Fruiting Bodies of the Basidiomycete Lactarius rufus », The Journal of Antibiotics, vol. 58,‎ , p. 456–459 (DOI 10.1038/ja.2005.60).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]