Lac Maracaibo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maracaibo (homonymie).

Lac Maracaibo
Image satellite du lac Macaraibo en 2004 ; les traînées vertes sont des amas de lentilles d'eau.
Image satellite du lac Macaraibo en 2004 ; les traînées vertes sont des amas de lentilles d'eau.
Administration
Pays Drapeau du Venezuela Venezuela
États Zulia, Mérida, Trujillo
Géographie
Coordonnées 9° 44′ 33″ nord, 71° 33′ 28″ ouest
Type Naturel
Superficie 13 210 km2
Longueur 99 km
Largeur 67 km
Altitude 0 m
Profondeur
 · Maximale
 
60 m
Volume 280 km3
Hydrographie
Alimentation Nombreux cours d'eau dont le río Catatumbo
Émissaire(s) Détroit de Maracaibo
Îles
Nombre d’îles 467

Géolocalisation sur la carte : Venezuela

(Voir situation sur carte : Venezuela)
Lac Maracaibo

Le lac Maracaibo, en espagnol : Lago de Maracaibo, est un lac du Venezuela. Avec une superficie de 13 210 km2, il est considéré comme le plus grand lac de l'Amérique du Sud mais ce n'est pas un lac à proprement parler. Il s'agit d'une baie dont la profondeur maximale est de 60 m.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il est bordé par les États de Zulia, Mérida et Trujillo au Venezuela. Ses dimensions maximales sont de 67 kilomètres de largeur est-ouest et 99 km de longueur nord-sud.

Il est directement relié à la mer des Caraïbes par le détroit de Maracaibo. Il forme ainsi une baie d'eau saumâtre qui a une connexion directe et naturelle avec la mer.

Au niveau de son débouché sur la mer sur le golfe du Venezuela a été édifié le pont du Général Rafael Urdaneta, de 8 678 mètres de longueur, qui relie les deux rives du détroit au niveau de sa partie la plus étroite.

De multiples cours d'eau lui apportent leurs eaux. Parmi eux, le río Catatumbo est de loin le plus important avec 60 % des eaux du lac.

Économie[modifier | modifier le code]

Le bassin de Maracaibo s'est formé il y a des millions d'années par l'effondrement des roches, et l'accumulation des sédiments est à l'origine de l'une des plus grandes réserves pétrolières du monde. Alors que le sud-ouest du bassin, qui est plat et humide, marécageux même, est le théâtre de l'élevage; le sud de la région, formé par le piémont des Andes, voit prospérer des formes d'élevage plus modernes et la production de canne à sucre. Cette partie sud est de ce fait riche. Les réserves de pétrole, qui se trouvent tant en terre ferme que sous les eaux du lac ont commencé à être exploitée intensivement en 1922. Mais ces réserves déjà s'épuisent, et aussi la production tend à s'orienter vers le sud, bien que les habitant attirés par le pétrole soient majoritairement restés au nord. Maracaibo, qui compte environ 2 millions d'habitants, est le pôle économique principal de la région. Les raffineries, elles aussi se trouvent au nord, à Punto Finjo. Néanmoins, le pétrole n'a pas permis de développer l'économie de la région, puisque les redevances vont à Caracas, et que l'exploitation du pétrole n'a créé que 15 000 emplois. En outre, la proximité avec la frontière colombienne tend à faire de Maracaibo un centre de contrebande.

Les gisements de pétrole s'étendent le long de la rive nord-est du lac, sous les eaux et en terre ferme. L'exploitation a commencé à une grande échelle à partir de 1922. Cependant, les réserves sont faibles et commencent à s'épuiser. La production a glissé vers le sud, mais la majeure partie de la population qu'avait attirée le pétrole est resté installée au nord. D'où trois grandes zones d'activité : au nord, Maracaibo (1 609 000 hab.en 2001), centre commercial profitant indirectement des migrants venus pour le pétrole ; au centre et sur la rive est du lac, Cabimas (210 000 hab.), ville née du pétrole, centre de la région densément peuplée ; au sud, Bachaquero, centre de la production. Le pétrole n'a guère développé d'activités annexes : les redevances sont versées à Caracas, l'exploitation n'emploie pas plus de 15 000 travailleurs ; les raffineries sont tout au nord, à Punto Fijo ; même si une industrie pétrochimique a été créée, l'avenir de la région, après le déclin de l'exploitation, est sombre. Le pôle économique tend ainsi à revenir vers le nord, vers la population et les activités de Maracaibo, qui ne sont plus toutes liées au pétrole ou au gaz naturel. Une importante activité de contrebande se développe en raison de la proximité de la frontière colombienne et du déclin de l'économie pétrolière.

Climatologie[modifier | modifier le code]

D'après une étude de 5 chercheurs des universités de Sao Paulo, d'Alabama, NASA et NOAA, publiée le 17 février 2016, le lac Maracaibo est l'endroit le plus foudroyé au monde avec jusqu'à 297 jours d'orage par an.


Carte du bassin du Lac Maracaibo.

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :