La Nouvelle-France sous le régime militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Nouvelle-France sous le régime militaire est un complément à l'article Histoire de la Nouvelle-France qui se termine avec la Conquête par l'armée britannique.

Entre 1760 (capitulation de Montréal) et 1763 (création de la Province of Quebec), un régime militaire temporaire administre le territoire.

Situation[modifier | modifier le code]

Le la ville de Montréal est encerclée par l'armée britannique. Afin d'éviter un siège destructeur comme celui de Québec, ayant comme point culminant la bataille des plaines d'Abraham, la ville capitule. La Nouvelle-France est désormais entièrement sous la domination des Britanniques[1].

James Murray gouverneur militaire de la ville de Québec

En attendant le sort réservé à la colonie, qui sera déterminé lors de la fin de la guerre qui fait rage en Europe, les autorités britanniques instaurent un régime militaire dont le mandat est de gouverner la colonie. Pour administrer le territoire, la Grande-Bretagne met en place des institutions temporaires et nomme James Murray au poste de gouverneur militaire de la ville de Québec[2].

Conditions de vie[modifier | modifier le code]

Les clauses de la capitulation de Montréal, négociées entre le gouverneur général de Nouvelle-France le marquis de Vaudreuil et le major-général britannique Jeffrey Amherst, permettent aux habitants de la colonie de conserver certaines libertés pendant les années du régime militaire. Ainsi, il leur est permis de conserver la propriété de leurs biens et ils peuvent continuer à pratiquer la religion catholique. La population a également la possibilité d'immigrer en France et ceux qui décident de rester ne pourront pas être déportés comme l'ont été les Acadiens lors de la déportation des Acadiens. Finalement, les commerçants peuvent continuer leurs activités et les lois civiles françaises sont conservées[3].

Les six années de guerre entre les armées française et britannique ont laissé des traces sur le territoire et pendant la période du régime militaire de nombreux efforts sont faits par les Britanniques pour reconstruire les bâtiments, remettre les champs en production et mettre de l'ordre dans le commerce[4].

Fin de la guerre[modifier | modifier le code]

Le , le traité de Paris vient mettre fin à la guerre de Sept Ans qui opposait les principaux royaumes européens. Par ce traité, la Nouvelle-France devient une possession britannique. Le 7 octobre suivant, la proclamation royale vient réorganiser la division territoriale de l'Amérique du Nord créant par le même fait la « Province of Quebec ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Bédard, et al. Le Québec une histoire à suivre..., Laval, Éditions Grand Duc, 2007, p.146.
  2. Sylvain Fortin, et al., Fresques, Histoire et éducation à la citoyenneté, 2e cycle du secondaire première année, Montréal, Graficor, 2007, p. 138-139.
  3. Andrée Thibeault, Jean-Pierre Charland et Nicolas Ouellet, Repères, Histoire et éducation à la citoyenneté, 2e cycle du secondaire première année, St-Laurent, ERPI, 2007, p.158.
  4. John A. Dickinson et Brian Young, Brève histoire socio-éconimique du Québec, Sillery, Les éditions du Septentrion, 1995, p.65

Lien externe[modifier | modifier le code]