La Java des Bons-Enfants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Java des Bons-Enfants est une chanson anarchiste de Guy Debord pour les paroles[1] et Francis Lemonnier pour la musique. Chanson figurant dans le disque Pour en finir avec le travail. Chansons du prolétariat révolutionnaire — Vol. 1 chez RCA elle fut attribuée par détournement situationniste à Raymond Callemin, dit Raymond la Science, célèbre membre de la bande à Bonnot, la réédition de l'album chez EMP crédite la chanson aux vrais auteurs[2].

Références de la chanson[modifier | modifier le code]

La chanson fait référence à la journée du 8 novembre 1892, durant laquelle l'anarchiste Émile Henry, âgé de 19 ans, dépose une bombe dite "à renversement" au siège des mines de Carmaux à Paris. Après sa découverte, l'engin est emmené au commissariat de police de la rue des Bons-Enfants où il explose faisant 5 morts.

Émile Henry est arrêté après l'attentat du Café Terminus le 12 février 1894, et guillotiné trois mois plus tard[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Guy Debord, Jean-Louis Rançon, Alice Debord, Œuvres p. 1283
  2. Laurent Bourdelas, Le Paris de Nestor Burma p. 52
  3. Livret "La chanson du père Duchesne", Édition Alternative Libertaire