Léocadie Hersent-Penquer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léocadie Hersent-Penquer
Médaillon de Léocadie Salaün-Penquer.jpg
Médaillon de Léocadie Penquer par Cyprien Godebski au musée des beaux-arts de Brest
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Château de Kérouartz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
BrestVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière Saint-Martin de Brest (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Alexandrine Françoise Éloïse Léocadie HersentVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoints
Victor Burle (d) (de à )
Auguste Salaün-Penquer (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Archives conservées par
Archives municipales de Brest (d) (23 S)Voir et modifier les données sur Wikidata
Tombe-Auguste-Salaün-Penquer.jpg
Vue de la sépulture.

Léocadie Hersent-Penquer, née le au château de Kerouartz à Lannilis et morte le , est une poétesse française, dite la muse brestoise[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle était la fille de Denis Michel François Hersent[2]. Veuve de Victor Burle[3], elle épouse en secondes noces le Dr Auguste Salaün-Penquer maire de Brest avec qui elle créera, en 1875, le Musée des beaux-arts de cette ville. Elle-même et son second mari ont été membres honoraires de la Société académique de Brest[4]. Son éloge funèbre[5] a été prononcé par le président d'alors de cette société. Une lecture, publiée dans le même bulletin, évoque plus longuement sa vie[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les chants du foyer, 1862[7]
  • Révélations poétiques, Librairie académique Didier et Cie, 1864
  • À propos des arbres du Luxembourg, 1866
  • Velléda (épopée glorifiant l'idée chrétienne et la Bretagne), 1869[8]
  • Syndoryx : le barde de Penmarc'h, 1870[9]
  • La payse : conte breton, 1888[10]
  • Mes nuits, ouvrage posthume, Alphonse Lemerre, 1891[11]
  • « Le paradis retrouvé » dans Le Parnasse contemporain, recueil 2, p. 285)

Hommage[modifier | modifier le code]

Une rue de Lannilis porte son nom.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Séché lui a consacré une notice dans Les muses françaises[12]
  • Jacques Arnol a écrit Les léonardes célèbres - Léocadie Hersent Penquer[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]