Kim Hoon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kim Hoon
Kim Hoon.jpg

Kim Hoon

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
SéoulVoir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Gim HunVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Kim HunVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Kim Hun, né le à Séoul, est un écrivain, journaliste et critique sud-coréen[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Kim Hun est né le à Séoul. Après des études au Lycée Whimoon, il intègre l'université de Corée en 1966. Il commence à travailler en tant que journaliste pour le quotidien Hankook Ilbo en 1973[2]. Il fait ses débuts en tant qu'écrivain à l'âge de 47 ans avec la publication de Mémoire de la poterie (Bitsalmunitogi-ui chu-eok). Son second récit, Le chant du sabre (Karui norae), récompensé du prestigieux prix littéraire Dong-in, fut une véritable consécration pour l'auteur, une œuvre qui l'éleva au rang des auteurs les plus connus de Corée. Deux ans plus tard, en 2003, son talent littéraire fut définitivement reconnu avec la publication de la nouvelle Crémation (Hwajang), qui remporta le prix littéraire Yi Sang. Kim resta ainsi journaliste pendant une vingtaine d'années avant d'entamer une carrière d'écrivain. Il est aussi connu pour être opposé à l'écriture par l'ordinateur, privilégiant l'écriture manuscrite[3]. Il est aussi connu pour être un fervent cycliste : n'ayant pas de permis de conduire, il a par ailleurs écrit plusieurs récits sur ses excursions à vélo à travers la Corée[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ait entamé sa carrière d'écrivain sur le tard, il écrit ses romans avec la fraîcheur et la dextérité d'un jeune auteur. Influencé par son expérience de journaliste, son style est à la fois direct et structuré. Son travail de journaliste qui l'a amené à être confronté à des drames humains, lui permet de développer une psychologie fine et détaillée de ses personnages. Cette capacité à retranscrire la psychologie et les sentiments humains dans les situations les plus extrêmes se retrouve dans sa première œuvre, Mémoire de la poterie (Bitsalmunitogi-ui chu-eok). Ce roman, écrit sous la forme d'une enquête sur la mort mystérieuse d'un pompier, présente les batailles que mènent ces personnes avec le feu, mettant en exergue les sentiments humains dans des circonstances extrêmes. Dans son deuxième roman, Le chant du sabre (Karui norae), Kim réalise le portrait du général Yi Sun-shin, non pas en tant que héros de la guerre, mais simplement en tant que personne ordinaire faisant face à ses propres tourments intérieures. L'un de ses derniers romans, Chanson à cordes (Hyeonui norae), s'intéresse à la vie du musicien Ureuk qui a vécu en Corée il y a plus de 1500 ans, durant l'ère Shilla [1].

Œuvres traduites[modifier | modifier le code]

  • Langue : allemand
Titre : Schwertgesang
Titre original : 칼의 노래
Genre : fiction
Édition : Édition Delta
Traduit par : Heidi Kang
  • Langue : français
Titre : Le chant du sabre
Titre original : 칼의 노래
Genre : fiction
Édition : Gallimard
Traduit par : Yang Young-Nan, François Théron
  • Langue : français
Titre : Le chant des cordes
Titre original : Hyeoneui Norae
Genre : fiction
Édition : Gallimard
Traduit par : Han Yumi, Hervé Péjaudier
  • Langue : anglais
Titre : From Powder to Powder
Genre : fiction
Édition : Land of Exile

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b LTI Korea Author Database
  2. a et b (ko) An interview with Kim Hoon and introduce his works
  3. a et b A Writer Who Writes with His Body – LIST Magazine, Volume 2, 2008: http://www.list.or.kr/articles/article_view.htm?Div1=8&Idx=73