Killing Joke (album, 2003)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Killing Joke (homonymie).
Killing Joke
Album de Killing Joke
Sortie 2003
Enregistré 2003
Durée 55 min 47 s
Genre Metal industriel, post-punk
Producteur Volcano
Label ZUMA

Albums de Killing Joke

Killing Joke est le 11e album studio du groupe de post-punk et Metal industriel Killing Joke, sorti en 2003. Il est également le second dans la discographie du groupe à ne pas avoir de titre, et est, pour cette raison, appelé couramment Killing Joke 2003. Le premier album homonyme du groupe, qui se trouve être également leur tout premier album studio, date pour sa part de 1980.

On note la présence de Dave Grohl à la batterie, ancien batteur de Nirvana et actuel chanteur et guitariste des Foo Fighters.

Thématique[modifier | modifier le code]

Globalement, cet opus reste dans la droite ligne des trois albums précédents. Il est très violent, tant musicalement qu'au niveau des textes. Quatre des morceaux font plus ou moins directement référence à la seconde guerre d'Irak : Total Invasion, Blood On Your Hands, Seeing Red et Dark Forces.

Sur Total Invasion, Jaz Coleman critique le comportement des États-Unis dans leur gestion du conflit les opposant à l'Irak. Il y appelle de ses vœux une condamnation par l'ONU de ce qu'il voit comme une « invasion » et une « agression » totales : « United Nations, it's a total invasion ». Blood on your Hands, littéralement, « du sang sur les mains », se fait l'écho de cet appel.

Implant dénonce l'identification biométrique. Le morceau commence par les mots « Silent Weapons for Quiet Wars », titre d'un document que les défenseurs des diverses théories du complot présentent comme authentique et qui aurait jeté les bases du contrôle de la population américaine par ses élites. Cette chanson présente la biométrie comme le début d'un contrôle généralisé des faits et gestes des individus. L'album sort quelque temps après que les États-Unis aient décidé de généraliser l'usage du passeport biométrique, suite aux attentats du 11 septembre 2001.

Sur The Death & Resurrection Show et Asteroid, on retrouve par contre une thématique plus directement liée à l'occultisme et à la religion. Le premier de ces morceaux évoque les prophéties d'Ezéchiel, le second abordant le sujet de la destruction imminente du monde telle qu'elle est présentée dans l'Apocalypse selon Saint-Jean. Cette vision millénariste n'est cependant pas, selon les propos de Coleman recueillis lors d'entretiens sur ce thème[1], à prendre au sens littéral. Il s'agit plutôt d'une disparition de la civilisation actuelle, menant à sa conclusion un âge de ténèbres pour déboucher sur une aube nouvelle.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Le morceau The Death & Resurrection Show fait partie des musiques du jeu Need for Speed: Underground 2 (piste N°14).

Liste des morceaux[modifier | modifier le code]

  1. The Death & Resurrection Show
  2. Total Invasion
  3. Asteroid
  4. Implant
  5. Blood On Your Hands
  6. Loose Cannon (sorti en single le 17 juillet 2003)
  7. You'll Never Get To Me
  8. Seeing Red (sorti en single le 6 octobre 2003)
  9. Dark Forces
  10. The House That Pain Built
  11. Inferno

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Interview de Coleman à Paris sur disturb.org, en janvier 2006, offrant un bon éclairage sur ses croyances en matière d'occultisme et sur l'influence de celles-ci sur l'écriture de certains de ses textes.