Julien Jâlal Eddine Weiss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Julien Weiss)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weiss.
Julien Jâlal Eddine Weiss
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Bernard WeissVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Instruments

Julien Jâlal Eddine Weiss, né Bernard Weiss le à Paris et mort le dans sa ville natale, est un musicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père originaire d'Alsace et d'une mère suisse-allemande, il intègre l'école normale de musique de Paris en 1965 où il y joue de la guitare classique[1]. En 1976, Julien Weiss rencontre le joueur de oud irakien Mounir Bachir, et s'oriente vers la musique du monde arabe[2].

En 1983, Julien Weiss crée l'ensemble Al-Kindî, une formation musicale basée à Alep en Syrie, son lieu de résidence[2]. Trois ans plus tard, il se convertit à l'Islam et adopte le nom de Julien Jâlal Eddine Weiss[3].

Durant sa carrière, Julien Weiss donne plus de cinq cents concerts, notamment au théâtre de la Ville de Paris, à l'Institut du Monde Arabe à Paris, au festival de Beiteddine au Liban, au Carnegie Hall de New York, aux nuits de Fourvière de Lyon, ainsi que dans les villes d'Hong Kong, São Paulo, Washington[3].

Il meurt d'un cancer le à l'âge de 61 ans[1]. Mathias Enard cite sa mort dans son dernier roman 'Boussole', prix Goncourt 2015. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (62e division).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Patrick Labesse, « Julien Jalal Eddine Weiss, musicien et compositeur » sur Le Monde, 6 janvier 2015
  2. a et b Anne Valenti, « Décès de Julien Jalal Eddine Weiss, le Maître du qanün » sur France Musique, 7 janvier 2015
  3. a et b Armelle Héliot, « Adieu à Julien Jalal Eddine Weiss » sur Le Figaro, 5 janvier 2015