Ensemble Al-Kindî

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Kindi (homonymie).

L’Ensemble Al-Kindî est une formation musicale arabe fondée en 1983 par Julien Bernard Jallal Eddin Weiss et dépositaire des traditions des chants classiques arabes, sacrés ou profanes. Basé à Paris, l’Ensemble Al-Kindî est considéré comme l’un des plus importants du Proche et Moyen-Orient, avec la particularité d'être devenu une sorte de conservatoire de la musique soufie turque et syrienne principalement.

Historique de l'ensemble[modifier | modifier le code]

Fondé en 1983 par Julien Bernard Jallal Edin Weiss en hommage à Al-Kindi, un philosophe et théoricien de la musique arabo-musulmane, l'ensemble musical (takht désignant en musique arabe, une petite formation traditionnelle de chambre de musique savante comprenant oud, qanûn, violon, ney et riqq) est réputé pour la qualité de son interprétation et la rigueur de son travail sur les traditions musicales arabo-musulmanes. Il exécute le répertoire de la musique savante en revalorisant la pratique instrumentale, rétablissant un juste équilibre souvent rompu à la faveur exclusive du chant. L'objectif de l'ensemble est d'aller à la source des musiques religieuses ou profanes, en les expurgeant de leurs ornementations afin de rechercher la pureté originelle de la musique et son lien direct à Allah.

Le groupe est souvent accompagné de derviches tourneurs lors de ses concerts tels que Sahin Nasir d'Istanbul, Maher et Hatem Al Jamal de Damas, et Yahyah Hamami et Yousef Shreymo d'Alep.

Musiciens ayant collaboré avec Al-Kindî[modifier | modifier le code]

Instrumentistes[modifier | modifier le code]

  • Julien Bernard Jallaleddin Weiss (mort en 2015), joueur de qanûn et directeur de l'ensemble, depuis 1983.
  • Adel Shams El Din, maître égyptien du riqq (percussion), depuis 1984.
  • Mohamed Saada (mort en 2005), flutiste tunisien de nay et musicologue, depuis 1986.
  • Abd al Salam Safar (mort en 1999), maître du taqsim syrien et joueur de nay, depuis 1989.
  • Zyad Qadi-Amin, flutiste de Damas, depuis 1992.
  • Mohamed Qadri Dalal, maître syrien du ud d'Alep, depuis 1993.
  • Mohamed Gomar maître irakien du djoza (vielle à archet) de Bagdad, depuis 1998.
  • Ozer Ozel, maître du luth tanbur ottoman et enseignant à l'université Yeldiz d'Istanbul, depuis 1997.
  • Alem Kasimov, maître du tar azéri de Bakou, depuis 2006.
  • Mehmet Refik Kaya, maître turc du rebab soufi et ottoman, depuis 2009.
  • Osman Oksuzoglu, maître turc du kudum ottoman, depuis 2009.

Chanteurs[modifier | modifier le code]

L'Ensemble Al-Kindî accueille depuis 1990 de nombreux chanteurs solistes :

  • Sheikh Hamza Shakkûr (mort en 2008) et sa chorale des mounshid-s de la grande mosquée des Omeyyades de Damas (Syrie).
  • Sabri Moudallal, muezzin compositeur de chant religieux de la grande mosquée d'Alep (Syrie).
  • Adîb Al-Dâyikh (mort en 2000), récitant de ghazal (poésie d'amour) d'Alep (Syrie).
  • Sheikh Habboush, le chef de la zawiya qaderiya (confrérie soufie) d'Alep et sa chorale de mounshidin (Syrie).
  • Omar Sarmini, maître de la qaçidah et du mouwashah alepin (Syrie).
  • Huseyn Ismail Al Azami, maître du Maqam classique de Bagdad (Irak).
  • Dogan Dikmen, chant classique ottoman, professeur à l'université Yeldiz et membre de l'orchestre de la T.R.T. d'Istanbul (Turquie).
  • Bekir Buyukbas, hafiz et muezzin chef des muezzins de la mosquée du Sultan Fethi d'Istanbul (Turquie).
  • Lotfi Bouchnak, chanteur de malouf de Tunis (Tunisie).
  • Constantin Angelidis, chantre de la chorale byzantine Tropos d'Athènes (Grèce).

Discographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]