Julien Millanvoye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julien Millanvoye
Naissance (43 ans)
Clermont-Ferrand
Activité principale
Écrivain, journaliste

Julien Millanvoye (né le à Clermont-Ferrand) est un écrivain et journaliste français, fondateur de la société de création de contenus DLM Contenus et du média en ligne Postap Mag. Il est le frère de Marc-Alexandre Millanvoye, journaliste et animateur de radio décédé en 2005, auquel il rend hommage dans la postface de l’ouvrage posthume de celui-ci, Les 69 tribus du rock.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de lettres modernes et d’art dramatique à Clermont-Ferrand, Julien Millanvoye débute dans un service éditorial du Cherche Midi, devient pigiste, coordinateur puis rédacteur en chef de la revue Blast, « le magazine de la génération Y »[1].

Chroniqueur pour Radio Nova en 2005-2006 (billets hebdomadaires « Les lettres de motivation de Francis de Saint-Malavoy »), il fait partie en 2007 de l’équipe qui fonde le lab.tv, avant de rejoindre celle qui crée Podemus, le premier portail de podcast français[2]. Il est également journaliste pour différents magazines, les revues Ravages et We Demain[3]. En 2008, il fait paraître dans Le Monde 10, une tribune intitulée Lettre d’un enfant mal structuré de Mai 68, une interpellation à l’égard des dirigeants du Parti Socialiste français. Dans un article du journal Libération, il est qualifié de « geek version SF, Starwars et altermondialisation »[4].

En 2013, il devient rédacteur en chef web de Lui Magazine, dans sa version relancée par Frédéric Beigbeder. Il quitte ce poste en 2016 pour créer sa société de création de contenus DLM Contenus.

Postap Mag[5][modifier | modifier le code]

En 2017, Julien Millanvoye fonde le magazine numérique Postap Magazine, avec une équipe composée de Cyprien Rose, Marjorie Risacher et Yann Perreau, " pour ne pas devenir fou dans un monde de dingues ». Ce magazine indépendant de société et culture est engagé[6], comme en témoigne son manifeste qui, après une référence au philosophe Bruce Begout, se clôt ainsi : « Postap Magazine, c’est donc le magazine du monde d’après. Après l’apothéose, après l’apocalypse, après l’apathie surtout, après les applis, après l’apprentissage, après l’apaisement, après l’apeurement ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • Réveillez-moi (roman), Hachette Littératures, 2007, présenté dans l'émission On n'est pas couché, animée par Laurent Ruquier sur France 2[7].
  • J’ai un métier (non fiction), éditions Globe, L'École des loisirs, 2013[8]. Des articles ont accompagné la sortie du livre, notamment dans Le Nouvel Obs[9] et ActuaLitté[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Rebucci, « Qui est Mathilde Serrell, la chroniqueuse pop-culture du Grand Journal ? », les Inrocks,‎ (ISSN 0298-3788, lire en ligne)
  2. Jérôme Bouteiller, « LeLab.TV : un Canal+ 2.0 ? », Clubic,‎ (lire en ligne)
  3. Julien Millanvoye, « Smart grids : nous serons tous des centrales électriques », We Demain,‎ (lire en ligne)
  4. Yann Perreau, « Portrait : Potes casteurs », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne)
  5. « Postap Magazine », sur postapmag.com, webzine (consulté le 9 juin 2019)
  6. Conférence "Jeux vidéo et effondrement", Arthur Keller et Julien Millanvoye, Game Impact.[1]
  7. « Passage de Julien Millanvoye dans l'émission télévisée On n'est pas couché animée par Laurent Ruquier, à l'occasion de la sortie de son livre "Réveillez-moi", Hachette Littératures. », (consulté le 9 juillet 2019)
  8. « Globe, des histoires vraies qui donnent des pistes pour débuter dans la vie », sur http://actualites.ecoledeslettres.fr,
  9. Caroline Brizard, « Métiers manuels : comment ils ont réussi sans le bac », L'Obs,‎ (ISSN 2490-9947, lire en ligne)
  10. Cécile Pellerin, « J'ai un métier : je n'ai pas le bac mais j'ai du talent ! », ActuaLitté,‎ (ISSN 2650-5363, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]