Joyce Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vincent.
image illustrant une personnalité image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant une personnalité britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Joyce Vincent
Joyce Vincent.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Joyce Carol Vincent, née le et morte en , est une femme britannique dont la mort est passé inaperçue, son cadavre n'étant retrouvé que plus de deux années après. Avant sa mort, Vincent coupe presque tout contact avec ceux qui la connaissaient : elle démissionne de son poste en 2001 et emménage dans un refuge pour les victimes de violence familiale. Vers la même époque, elle commence à réduire ses contacts avec ses amis et sa famille, peut-être en raison de l'embarras au sujet de sa situation. Elle est morte dans son studio vers décembre 2003 et personne de sa famille, de ses amis, de ses collègues ou de ses voisins ne s'en est aperçu. Son cadavre n'a été découvert que le 25 janvier 2006. La cause du décès est inconnue, mais une crise d'asthme ou des complications d'un ulcère gastro-duodénal peuvent en être la cause.

Au moment de sa mort, la moitié de son loyer est payé par les organismes de prestations, mais comme elle cesse de payer, sa dette envers les propriétaires monta jusqu'à 2 400 livres. Des paiements par prélèvement automatique règlent ses dépenses comme son chauffage ou sa télévision. Les voisins ne sont pas alertés par le son continu de cette dernière car cela n'est pas inhabituel dans le bâtiment bruyant, tandis que l'odeur de la décomposition des tissus du corps est attribuée à des poubelles à proximité. Seul les loyers impayés incitent des huissiers à pénétrer dans son appartement pour faire la macabre découverte.

Sa mort est le thème du documentaire Dreams of a Life (en) (2011) et est l'inspiration de l'album de rock progressif Hand. Cannot. Erase. (2015) de Steven Wilson.

Notes et références[modifier | modifier le code]