Joseph-Francis Sumégné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Francis Sumégné
Roberto Paci Dalò - SUD Salon Urbain de Douala 2010 (269).jpg

Joseph-Francis Sumégné. Photo de Roberto Paci Dalò, Douala, 2010.

Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Lieu de travail
Œuvres réputées

Joseph Francis Sumégné, né à Bamendjou, au Cameroun, le , est un peintre et sculpteur. Artiste plasticien (peintre et sculpteur) depuis 1976, il est autodidacte. Il vit et travaille à Yaoundé, au Cameroun.

Il a exposé dans plusieurs pays dont le Japon pour la triennale d'Osaka (1998) et aux Pays-Bas pour la triennale d'Arhnem (2008). En 2004, il a participé à la biennale de Dakar, dans une exposition individuelle de la sélection officielle, où il a présenté Les neuf notables pour la première fois à un public international. Accueilli en résidence de création à Douala par doual'art pendant trois ans, de 1993 à 1996, Sumegné a réalisé La Nouvelle Liberté, sculpture monumentale de 12 mètres de hauteur. Il a été invité à créer des œuvres d'extérieur au Gabon, en France, en Allemagne. Sa dernière réalisation urbaine est Le monument pour la Paix, pour la biennale d'art contemporain de Bangui, en République centrafricaine.

Joseph Francis Sumégné, La Nouvelle Liberté, 1996

Œuvre[modifier | modifier le code]

Le travail de Joseph-Francis Sumégné est caractérisé par une fusion de différentes disciplines d'art plastique et d'art appliqué (sculpture, mise en couleur, bijouterie, vannerie, tissage). Ses ouvres sont marquées par les influences de la sculpture traditionnelle de sa région d'origine[1].

La Nouvelle Liberté[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Nouvelle Liberté.

La Nouvelle Liberté est une sculpture monumentale de l'artiste Joseph-Francis Sumégné, placée dans le Rond-Point Deïdo, l'un des ronds-points de plus grand passage de Douala. La sculpture mesure 12 mètres de haut, comme un immeuble de trois étages. L'œuvre est réalisée avec des matériaux recyclés, conçue avec la participation des communautés locales et financée par quarante partenaires, y compris la coopération française, aussi bien que les responsables de doual'art. Dès son inauguration, la sculpture a suscité un débat animé qui a été l'un des éléments clés du projet : il a animé toute la ville, obligé les autorités locales à prendre des mesures pour nettoyer le rond-point, a fait réfléchir sur le sens du développement urbain, sur ses méthodes et ses priorités[2].

Les neuf notables[modifier | modifier le code]

Représentation artistique par Joseph-Francis Sumégné des neuf notables Bamiléké
Article détaillé : Conseil des neuf notables.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Francis Sumégné in "Africultures".
  2. Iolanda Pensa, La Biennale de Dakar comme projet de coopération et de développement, thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie et en Governo e progettazione del territorio, École des Hautes Études en Sciences Sociales en cotutelle avec Politecnico di Milano, Dipartimento di Architettura e Pianificazione, directeurs de recherche Jean-Loup Amselle en cotutelle avec Rossella Salerno, Paris, 27 juin 2011, p. 68. cc by-sa.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Laure Bernadac et Simon Njami (dir.), Africa Remix : l'art contemporain d'un continent (exposition présentée au Centre Pompidou, Galerie 1, du 25 mai au 8 août 2005), Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2005, p. 158-159 ; 326 (ISBN 2-84426-280-5)
  • Dominique Malaquais, Une nouvelle liberté ? Art et politique urbaine à Douala (Cameroun) in Afrique & histoire, Dossier : Villes d'Afrique : circulations et expressions culturelles, 2006/1 (vol. 5), p. 111-134.
  • Joseph Francis Sumégné in Africultures.
  • Dominique Malaquais, Quelle Liberté : Art, Beauty and the Grammars of Resistance in Douala in Beautiful/Ugly : African and diaspora aesthetics, (dir.) Sarah Nuttall, Duke University Press Library & Prince Claus Fund, Durham & The Hague, 2006, p. 122-163. (ISBN 0795701861), 9780795701863
  • Christian Hanussek, La Nouvelle Liberté-Le Nju-Nju du Rond-Point in Douala in Translation, (dir.) Marilyn Douala Bell, Episode Publishers, Rotterdam, 2007, p. 209-223.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]