John Lovelace (3e baron Lovelace)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Lovelace
John Lovelace au début des années 1660.
John Lovelace au début des années 1660.

Titre baron Lovelace
(1670-27 septembre 1693)
Prédécesseur John Lovelace (2e baron)
Successeur John Lovelace
Autres fonctions député du Berkshire
Biographie
Naissance
Hurley (Berkshire)
Décès
Badminton House
Père John Lovelace (2nd baron Lovelace)
Mère Anne Wentworth
Conjoint Martha Pye
Enfants John Lovelace
Martha Wentworth

John Lovelace, 3e baron Lovelace (1641 – 27 septembre 1693) est un homme politique anglais qui siégea à la Chambre des communes entre 1661 et 1670. Il hérita ensuite du titre de baron de la pairie comme Baron Lovelace.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lovelace est né à Hurley (Buckinghamshire), de John Lovelace (2nd baron Lovelace) et de Lady Anne, 7e baronne Wentworth et Le Despenser[1]. Il a étudia à Wadham College (Oxford) le 25 juillet 1655, où il a obtenu le diplôme de Maître ès Arts le 9 septembre 1661[2].

En 1661, Lovelace fut élu député du Berkshire dans le Cavalier Parliament, et siégea jusqu'en 1670. Il s’y fit la réputation d’un ardent Whig ; quoiqu'il se proclamât puritain, c’était un bon vivant, adonné aux jeux et aux beuveries[3]. En fait, Lovelace était surtout anti-catholique : il fit scandale en maculant en public la convocation qu’un magistrat catholique lui avait adressée ; cet acte inouï lui valut une ferme réprimande du Conseil privé, et il fut menacé de poursuites[4].

John Lovelace vers 1670

À la mort de son père, en 1670, il hérita du titre de pair de la Couronne[1]. Il gagna la confiance de ceux qui fomentaient la Glorieuse Révolution, visant à déposer le monarque catholique Jacques II par le stathouder Guillaume d’Orange. Au mois de mars 1688, il fut cité à comparaître devant le Conseil privé de la Couronne, mais fut relâché faute de preuve[3]. Il organisa des réunions secrètes dans une cave de son hôtel particulier de Ladye Place à Hurley. Ayant appris que le stathouder Guillaume venait de débarquer en Angleterre, il partit au devant du prétendant à la tête de 70 cavaliers, mais fut arrêté et jeté dans les geôles du château de Gloucester. De nouveau libéré, il s'empara d’Oxford à la tête de 300 cavaliers et occupa la ville au nom de Guillaume[3]. Lovelace était capitaine des Gentlemen Pensioners en 1689, puis fut nommé juge suprême d’Eyre (rive sud de la Trent[2]).

En 1692, victime de sa passion pour la boisson, Lovelace fit une chute dans les escaliers qui le laissa infirme[3]. Il mourut quelques mois plus tard, 1693 à Lincoln's Inn Fields[1].

Lovelace avait épousé en 1662 Martha Pye, fille et héritière de Sir Edmund Pye (1er baronnet), de Bradenham (Buckinghamshire). Ils eurent un seul fils, John, mort prématurément, et trois filles : le titre de pair du royaume échut donc au fils de son cousin William, John Lovelace (4e baron Lovelace), futur gouverneur de la colonie de New York[3]. Leur fille Martha épousa le député Henry Johnson, qui fut l'un des plus gros armateurs du début du XVIIIe siècle ; elle hérita de sa grand-mère le titre de 8e baronne Wentworth.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Attribution

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c History of Parliament Online - Lovelace, Hon. John
  2. a et b D'après Alumni Oxonienses 1500-1714, 1500-1714: Lloyd-Lytton, (lire en ligne), p. 921-955. Consulté le 17 juin 2012.
  3. a, b, c, d et e Seccombe 1893.
  4. Kenyon, J.P The Stuarts Fontana edition 1966 p.160 ; cet auteur remarque qu'un souverain plus intelligent que Jacques II aurait ignoré cet outrage, au demeurant de fort mauvais goût.