John Coleman Moore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Moore et Moore.

John Coleman Moore, né à Staten Island le [3] et mort le , est un mathématicien américain.

Moore a soutenu en 1952 un Ph. D. à l'université Brown, sous la direction de George W. Whitehead[1]. Son article le plus cité est de loin celui sur les algèbres de Hopf, écrit avec John Milnor[4]. Comme professeur à Princeton, il a dirigé plus de vingt thèses et a de nombreux « descendants académiques »[1].

En 1983, une conférence sur la K-théorie a eu lieu à Princeton, en l'honneur de son 60e anniversaire[5]. En 2012, il est devenu membre de l'American Mathematical Society[6].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) John Coleman Moore sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. (en) Dave Rusin, « People whose names are embedded in Math Subject Classification », sur math.niu.edu,
  3. (en) Pamela Kalte et al., American Men and Women of Science (en), 22e éd., Thomson Gale, 2005
  4. (en) John W. Milnor et John C. Moore, « On the structure of Hopf algebras », Ann. Math., vol. 81, no 2,‎ , p. 211–264 (DOI 10.2307/1970615, JSTOR 1970615)
  5. (en) William Browder, Algebraic Topology and Algebraic K-Theory: Proceedings of a Conference, October 24-28, 1983 at Princeton University, Dedicated to John C. Moore on His 60th Birthday, PUP, (ISBN 978-0-691-08426-8, lire en ligne)
  6. (en) List of Fellows of the American Mathematical Society

Liens externes[modifier | modifier le code]