Jeanne Lopis-Sylla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jeanne Lopis-Sylla
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
UniversitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Jeanne Lopis-Sylla est une universitaire sénégalaise. Linguiste, c'est une spécialiste des langues cangin, notamment du noon.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une licence de lettres classiques à l’Université de Dakar, puis d'une maîtrise de Lettres classiques à l’Université de Paris IV-Sorbonne où elle prépare l'agrégation de lettres classiques et de grammaire. Elle obtient également une licence, une maîtrise, un DEA et un doctorat de troisième cycle en linguistique, à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3[1].

Chef du laboratoire de linguistique de l’Institut fondamental d'Afrique noire (IFAN), elle a été également chargée de mission auprès du Directeur de l’IFAN, rédacteur en chef du Bulletin de l'IFAN, série B, Sciences humaines, entre 1993 et 1995, responsable de l'édition et de la publication de l'Association des chercheurs sénégalais (ACS), directrice de publication de la revue bilingue français-anglais, Gouvernance locale, observatoire de la décentralisation, publiée par la Société africaine d'éducation et de formation pour le développement (SAFEFOD)[2]

Jeanne Lopis-Sylla a publié des ouvrages sur la linguistique (Phonologie et système nominal du noon, 2010 ; La langue noon, 2010), la décentralisation et la question du genre[1].

En , elle intègre le Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA), comme représentante de la communauté universitaire[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Elle est Chevalier de l’Ordre national du Lion, au Sénégal[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Jeanne Lopis-Sylla, une universitaire d'envergure, devient membre du CNRA », Agence de presse sénégalaise, 15 novembre 2012.
  2. Abdoulaye Thiam, « Macky valide la liste de BT », SudOnline.sn, 7 novembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]