Jean de Lantwyck (†1667)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lantwyck.
Article principal : Famille de Lantwyck.
Pierre tombale[1], jadis en l'église de l'Ecluse, de Jean de Lantwyck1667, Seigneur de Genneville[2].
Le quartier actuel de l'église à l'Ecluse.

Jean de Lantwyck, décédé le 3 septembre 1667, est mayeur[3] de l'Ecluse et seigneur de Genneville. Le curé de Hoegaarden qui fit les funérailles fut payé 24 florins. Il avait testé avec sa femme devant le notaire del Falise le 20 décembre 1664. Il décéda dans la ferme du seigneur temporel de l'Ecluse. Ils furent tous deux enterrés dans la chapelle Saint-Roch de l'Ecluse [4] sous une pierre tombale à leurs armoiries.

Sur un atlas de l'an 1650, la ferme de la Tourette à l'Ecluse est qualifiée de huys van de meyer van Sluysen. Il acheta Genville le 28 juillet 1657 pour une somme de 800 florins du Rhin et à condition de payer au domaine un droit de mutation s'élevant au vingtième (soit 40 florins).

Armes[modifier | modifier le code]

d'argent à une fleur de lis de sable, au chef d'or à trois pals de gueules[5]. Cimier : Le heaume surmonté d'une colombe essorante Meuble héraldique Colombe essorante.svg[6] .

Bibliographie connexe[modifier | modifier le code]

Graphie du patronyme[modifier | modifier le code]

« Le patronyme s'écrit indifféremment de Lantwyck, de Lantwijck (surtout dans les actes en latin des XVe et XVIe siècles), van Lantwijck ou van Landewijck, parfois sans particule, voire de Landuyck qui paraît être une graphie inspirée de la prononciation de ce nom par les Wallons. (Chanoine Jean Cassart) »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur ce dessin il y a quelques erreurs d'émaux : Lantwyck doit être sur champ d'argent, au lieu d'or, de même que Pamel et Vannes; du Mont, les émaux du 1 probablement inversés et de gueules sur argent comme habituellement.
  2. Chanoine Jean Cassart, de LANTWIJCK Essai d'une généalogie de cette famille du XVe au XVIIIe siècle.
  3. En Belgique, mayeur ou maïeur était l'appellation d'un délégué de corporation ou encore d'administrateur d'une Mairie, sous ensemble territorial d'un comté moindre qu'un pagus. Aujourd'hui, le mot y est utilisé comme synonyme familier pour bourgmestre.
  4. http://www.netradyle.be/lecluse.htm
  5. Frédéric Collon, Armorial de Wavre et environs, Bruxelles, Librairia, 1952, in-12, broché.
  6. Se dit des oiseaux lorsqu'ils entr'ouvrent leurs ailes comme pour prendre leur essor.