Jean Vaulet-Dunoyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Vaulet alias Dunoyer
Image illustrative de l’article Jean Vaulet-Dunoyer
Bex, Clocher de l'ancienne église Saint-Clément, par Jean Vaulet-Dunoyer, vers 1501
Présentation
Autres noms De Noier, De Nuce
Compléments
XVe et XVIe siècles

Jean Vaulet-Dunoyer est un maître maçon de la fin du XVe siècle, actif surtout dans le pays de Vaud, alors territoire bernois en Suisse, et dans le Vieux-Chablais (l'actuel Bas-Valais, aujourd'hui également en Suisse).

Notes biographiques[modifier | modifier le code]

Jean Vaulet-Dunoyer est le plus ancien des maîtres d’œuvre connus installés dans la plaine du Rhône chablaisienne. Par sa carrière d'une longueur exceptionnelle pour le XVe siècle, puisqu'elle s'étend sur une quarantaine d'années, ce bâtisseur s'affirme comme l'un des plus importants et des plus originaux parmi les architectes régionaux. Il a été qualifié de « maître des beaux clochers »[1].

Sous le nom de Jean Vaulet il exécute en 1460 la grande fenêtre axiale du chœur de l'église Saint-Paul de Villeneuve. Dès 1471, il est attesté sous le nom de Jean « de Nuce » à Vouvry, où il possède en tout cas quelques années plus tard une maison et où apparaît en 1473 l'un de ses fils qui porte le même prénom[2].

Il construit sous le nom de Jean « Dou Noier » ou « De Nuce » le chœur l'église Saint-Hippolyte de Vouvry, dont le travail lui est payé en 1488, puis commence en 1493 la construction de la nef[3]. Il travaille aussi à l'église du Châble, dans la vallée de Bagnes, qu'il dote notamment de son imposant clocher, commencé en 1488, mais achevé dans les années 1490, à en juger par les paiements effectués au nom de Jean «De Nuce alias Valet». Il travaille aussi en 1493-1493 à des ouvrages non déterminés au château de Chillon et sa dernière œuvre bien attestée est la patrie inférieure du clocher-porche de l'église Saint-Martin de Vevey en 1497-1498, chantier auquel participent également ses fils. Jean de Nuce est attesté encore 1499 comme maçon et syndic de Vouvry[1].

Son style architectural très typé permet de lui attribuer plusieurs des grands et beaux clochers élevés durant la seconde moitié du XVe siècle et du début du XVIe siècle dans le haut bassin lémanique. Il y a ainsi le clocher de l'église Saint-Vincent de Montreux (vers 1460-1470), celui de Vollèges, élevé entre 1456 et 1507, et surtout celui de Saint-Clément de Bex, un chef-d’œuvre dont le début du chantier remonte à 1501 selon l'inscription du portail. Il a vraisemblablement aussi travaillé à la petite église de Brent (Montreux), et à l'église Saint-Maurice d'Aigle, vers 1485[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marcel Grandjean, « Architectes du Vieux Chablais à la fin de l’époque gothique », Vallesia, vol. 33,‎ , p. 239-254.
  2. a et b Marcel Grandjean, L’architecture religieuse en Suisse romande et dans l’ancien diocèse de Genève à la fin de l’époque gothique : Développement, sources et contexte, vol. 157, Lausanne, coll. « Cahiers d’archéologie romande », , 805 p. (ISBN 978-2-88028-157-1), p. 466-474
  3. Patrick Elsig, Les monuments d'art et d'histoire du canton du Valais : Le district de Monthey, t. VII, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse 127 », (ISBN 978-3-03797-179-6), p. 98-116.

Source[modifier | modifier le code]