Jean Schwind

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Schwind
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 49 ans)
Grasse
Nom de naissance
Jean Warie
Nationalité
Activité
plasticien
Mouvement
art conceptuel, appropriation, pastiche

Jean Schwind est le pseudonyme de Jean Warie, né le à Gand et mort le (à 49 ans) à Grasse, artiste conceptuel et premier artiste belge de l’appropriation.

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Son père Roger Warie est architecte, spécialiste en restauration de grands bâtiments publics, également connu pour ses belles aquarelles. Warie étudie la philologie romane et occupe ensuite un poste d’assistant à l’université de Gand, de 1966 à 1972. Puis il devient rédacteur pour un éditeur de livres d’art. En 1969, il fait irruption sur la scène artistique avec l’exposition Schwind à la galerie bruxelloise Fitzroy, dont il est l’un des cofondateurs. L’année suivante – à une époque où la censure officielle régnait en maître –, il présente le temps d’une soirée des dessins érotiques plutôt crus en grand format qui font aussi bien référence à Jean Dubuffet qu’au graffiti. En 1971, il expose la Collection Schwind qui se compose de pastiches des nouveaux réalistes. Il s’avère alors à quel point son œuvre diffère en profondeur des autres nouveaux courants artistiques. Et que personne ne sache qui se dissimule derrière le pseudonyme ne fait qu’accroître la confusion. Il décide d'étendre « l’anti-collection » à la Schwind Foundation et réalise encore des dizaines de pastiches d’autres œuvres d’art à la mode qu’il intitule hommages ou appropriations, entre autres de l'arte povera, des œuvres de Christo, de Lucio Fontana et de Marcel Broodthaers. Dans le sillage des procédés de l’art conceptuel, il détruit la plupart des appropriations et n’en garde que les photos et les descriptions, qui font à leur tour office d’œuvre d’art. Il poursuit les Occupations et Sealings (scellages) de galeries, une pratique qu’il avait entamée en 1970. En 1974, il participe à de grandes expositions d’art contemporain à Anvers et à Bruges. Il monte également une collection belge, avec comme bouquet une grande couronne mortuaire au ruban tricolore portant l’inscription : « À notre cher art belge/Schwind ». En , il décide de mettre fin à sa carrière d’artiste et diffuse pour ce faire un avis de décès fictif.

En 2014 a lieu la première grande rétrospective de son œuvre au S.M.A.K.(le Musée municipal d’art actuel), à Gand (B), ce qui signifie d’emblée un nouveau départ pour la Schwind Foundation.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Schwind. Bruxelles, Galerie Fitzroy, 1969
  • J.S. Erotische tekeningen. Gand, Galerie Richard Foncke, 1970
  • Œuvres érotiques de J.S. Bruxelles, Galerie Fitzroy; Anvers, Galerie Kontakt; Paris, Galerie Jacques Desbrière, 1970
  • Collection Schwind. Bruxelles, Galerie Fitzroy; Anvers, Vécu, 1971.
  • Collection Schwind II (Arte povera). Bruxelles, Galerie Fitzroy, 1971 (pas accessible au public)
  • Schwind – Anti-collection. Liège, Yellow Now, 1971
  • Schwind. Omaggio a Fontana (Appropriation N° 17), Termonde, Celbeton, 1972
  • Constitution des dossiers N° 19 et 20 de la Schwind Foundation. Dossier N°19: la galerie Yellow Now (Liège); dossier N° 20: l'artiste J.L. (Liège). Liège, Yellow Now, 1973

Principales expositions de groupe[modifier | modifier le code]

  • Propositions d'artistes pour un circuit fermé de télévision. Liège, Yellow Now, 1971
  • Galerie Yellow Now. Ihre Künstler im Studio. Aix-la-Chapelle, Neue Galerie, 1972
  • Jungle Art Jungle. Project in Progress. Termonde, Celbeton, 1972
  • Pro Art '72. Internationaler Markt für Aktuelle Kunst. Duisburg, Mercatorhalle, 1972
  • Action-Film-Vidéo. Lausanne, Galerie Impact, 1972
  • ‘Concept Art’. New Reform. Kassel, Studio-Galerie Werner Kausch, 1972
  • Tendenzen van een nieuwe kunst. Alost, New Reform, 1972 – 1973
  • Continentale Film- en Videotour. Anvers, ICC, 1973
  • Triënnale 3. Bruges, Beurshalle, 1974
  • Progressionen 1. Cologne, Belgisches Haus, 1974
  • Aspects de l'art actuel en Belgique. Anvers, ICC, 1974
  • Belgien – Junge Künstler I. Aix-la-Chapelle, Neue Galerie, 1975
  • Actuele kunst in België. Buenos Aires, CAYC, 1975-1976; Cordoba, Musée des Beaux-Arts, 1976
  • Beethoven Music for the Millions. Arnhem, Stichting Festival Arnhem, 1977
  • Kunst in/als vraag : Negatie-integratie van Dada tot heden in België. Ypres, Provinciaal Museum voor Moderne Kunst, 1981
  • André Blavier, le don d'ubuquité [sic]. Bruxelles, Maison du Spectacle La Bellone, 1997
  • La Belgique visionnaire/Visionair België. Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 2005 (commissaire Harald Szeemann)
  • Middle Gate Geel '13. Geel, CC De Werft, 2013 (commissaire Jan Hoet)
  • Schwind Foundation. Gand, S.M.A.K., 2014-2015 (première rétrospectieve)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Par Jean Schwind[modifier | modifier le code]

  • ‘Textes de Schwind. L’Œuvre référentielle’ dans: plus moins zéro, no 16, , p. 16-18.
  • 'Lettre à un conservateur en deuil' dans: Kunst in/als vraag : Negatie-integratie van Dada tot heden in België. Ypres, 1981 (catalogue)

Sur Jean Schwind[modifier | modifier le code]

  • L.L. Sosset. 'Les expositions. À voir dans les galeries de Bruxelles.' dans: Beaux-Arts, Bruxelles, no 1251, 07.06.1969
  • J.S. L'Erotisme généralisé. Bruxelles: Galerie Fitzroy, 1970. Textes d'Alain Jouffroy et Jean-Pierre Van Tieghem.
  • Collection Schwind. Bruxelles: Galerie Fitzroy, 1971. Textes de Pierre Restany et Jean-Pierre Van Tieghem
  • Hedwige Verschaeren. ‘Schwind 1970/1973’ dans: Clés pour les arts, no 46, p. 21, Bruxelles:
  • Jean Dypréau, dans: K.J. Geirlandt, L'Art en Belgique depuis 1945. Anvers: Fonds Mercator, 1983, p. 148
  • Wim Van Mulders, dans: K.J. Geirlandt, L'Art en Belgique depuis 1945. Anvers: Fonds Mercator, 1983, p. 160
  • Grote Winkler Prins. Encyclopedie in 26 delen. Amsterdam/Anvers : Elsevier, 1992. (vol. 20, p. 619)
  • Schwind Foundation. 2014. Catalogue de la première rétrospective au S.M.A.K., Gand, 2014. Avec un essay de Jan Ceuleers: Le Trouble-Fête. Vie et œuvre de Jean Schwind.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]