Jean Robin (botaniste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Robin et Robin.
Jean Robin (botaniste) (1550-1629)
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Jean RobinVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en botanique
J.RobinVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Jean Robin est un botaniste français, né en 1550 à Paris et mort le dans cette même ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Robin, jardinier (décrit comme « simpliciste » et « arboriste ») d'Henri III, d'Henri IV et de Louis XIII, sema en 1601 le premier Robinia introduit en Europe, soit dans son jardin, là où se trouve maintenant la place Dauphine (selon Yves Laissus)[1], soit, selon Gérard Cusset[2], au jardin de l'École de médecine, qui pourrait avoir englobé l’actuel square René-Viviani (où il se dresse toujours). Selon d’autres sources, Robin aurait semé un robinier dans chacun de ces deux jardins. Son fils Vespasien (1579-1662) en planta un autre exemplaire au Jardin du Roi.

J. Robin publia plusieurs livres, le premier, en 1601, étant le catalogue des 1 300 espèces indigènes et exotiques qu'il cultivait (Catalogus stirpium…). Curieusement, selon Cusset dans le même article, Robin publia la même année Le jardin du roy très chrétien Henry IV (« réédité, inchangé, comme : P. Vallet, Le jardin du roy très chrétien Henry IV, roy de France et de Navarre, dédié à La Royne », toujours selon Gérard Cusset). Dans la dédicace que Pierre Vallet adresse à la reine, il fait référence aux « superbes & delicieux jardins, que sa Majesté fait cultiver par Jean Robin son herboriste ».

J. Robin publia également, en 1623, Enchiridion isagogicum ad facilem notitiam stirpium tam indigenarum quam exoticarum. Haec coluntur in horto D. D. Joannis et Vespasiani Robin[3].

Jean Robin avait la responsabilité de plusieurs jardins, dont celui que Catherine de Médicis fit créer pour le Palais des Tuileries. Il se pourrait que ce jardin soit celui qui est représenté sur le frontispice du Jardin du roy. Le petit jardin botanique de l'École de médecine (rue de la Bûcherie) lui fut également confié dès sa création en 1597. Ce jardin fut fermé en 1617.

J. Robin avait fait venir de nombreuses graines et oignons de plantes exotiques de Hollande, qu'il refusait de partager. Lors de la création du jardin royal des Plantes médicinales, en 1626, Guy de La Brosse fit de Vespasien Robin son sous-démonstrateur : il obtint ainsi que le père donne au Jardin "plus de douze cents espèces, qui formèrent le fond de l'École de Botanique"[4]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Catalogus stirpium tam indigenarum quam exoticarum quæ Lutetiæ coluntur, Paris, 1601
  • Le jardin du roi Henri IV, 1608
  • Histoire de plantes aromatiques &c. augmentée de plusieurs plantes venues des Indes lesquelles ont été prises & cultivées au Jardin de M Robin, arboriste du Roi, Paris, Macé, 1619, in-16, 16 p. 
  • Le jardin du roi Louis XIII, 1623
  • Enchiridion isagogicum ad facilem notitiam Stirpium tam indigenarum quam exoticarum quæ coluntur in horto D.D. Joan. & Vespasiani Robin, Paris, P. de Bresche, 1624, in-12, 71 p. 
    Avec Vespasien Robin. Première édition : 1623

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Muséum National d'Histoire Naturelle; trois siècles d'histoire. Revue de l'enseignement supérieur, ISSN 0035-1407 (Paris) 1962 no 2, pp. 53-76
  2. 'Sur les jardins botaniques parisiens au XVIe siècle', http://www.persee.fr/doc/jatba_0021-7662_1966_num_13_8_2893 p. 388. L’article de Cusset comporte une liste de catalogues publiés entre 1598 et 1785.
  3. H. Baillon, Dictionnaire de botanique, tome 3, 1876-92, Paris : Pierre de Bresche
  4. Le Jardin des Plantes, de BERNARD, P. ; COUAILHAC, Louis ; GERVAIS, N. Paul ; LEMAOUT, M., 1842.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrien Davy de Virville (1954). Botanique des temps anciens in Histoire de la botanique en France, SEDES (Paris).
  • « Robin Giovanni » sur Google Livres, dans Gerolamo Boccardo et Stefano Pagliani, Nuova enciclopedia italiana: Testo, vol. 19, Turin, 1885, p. 486

Liens externes[modifier | modifier le code]

J.Robin est l’abréviation botanique standard de Jean Robin (botaniste).

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI