Jean Marin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Marin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Yves André Marie MorvanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Prix Cazes (d)
Prix Saint-Simon ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean Marin, de son vrai nom Yves Morvan, est un journaliste et résistant français, né le à Douarnenez et mort le à Paris 4e[1]. Il fut notamment le président de l'Agence France-Presse de 1954 à 1975 ; c'est le seul président à avoir fait sept mandats consécutifs soit 21 ans .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il devient journaliste en 1933 après avoir été élève à l'École navale et débuté sa carrière en tant qu'officier de marine.

Il entre dans la Résistance dès juin 1940 alors qu'il est correspondant pour l'agence Havas à Londres depuis un an. Il sera, jusqu'en 1943, l'une des voix de la France libre sur l'antenne de la BBC, dans la célèbre émission écoutée clandestinement de l'autre côté de la Manche, « Les Français parlent aux Français ». En 1944, il intègre la deuxième division blindée du maréchal Leclerc, qui libère Paris le . Après la prise de Rennes, il est chargé du redémarrage de Radio Bretagne et en est nommé directeur par le général de Gaulle. Il participe également à la naissance du quotidien Ouest-France en succession de L'Ouest-Éclair.

Après un passage à la direction du quotidien Les Nouvelles du matin, il arrive à l'AFP comme directeur général. Jean Marin, l'un des artisans du statut qui donne son autonomie à l'AFP (loi du ), est élu président de l'Agence en 1957. Incarnant l'esprit d'indépendance de l'AFP et très apprécié pour son sens journalistique, il sera réélu tous les trois ans jusqu'en 1975. Il quitte ensuite le journalisme pour travailler dans la publicité, chez Publicis, TVCS et Havas.

Ses mémoires, Petit bois pour un grand feu, lui valent le Prix Saint-Simon en 1994.

Passerelle Jean Marin à Douarnenez

À sa mort, il est inhumé au cimetière de Ploaré à Douarnenez, sa ville natale[2]. Dans cette même commune, une passerelle piétonne, face à l'île Tristan, porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Petit bois pour un grand feu, Fayard, 1994, 572 p.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Insee, « Acte de décès d'Yves André Marie Morvan », sur MatchID
  2. « Douarnenez (29) : les cimetières de la ville - Cimetières de France et d'ailleurs », sur www.landrucimetieres.fr (consulté le )
  3. « Jean MARIN », sur Fondation Charles de Gaulle (consulté le )
  4. « Carnet de route d'un jour de victoire », sur Making-of, (consulté le )