Jean Ier de Bragance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Ier de Bragance
D. João I; Palais des ducs de Bragance
D. João I; Palais des ducs de Bragance

Titre duc de Bragance
(1563-1583)
Autre titre Duc de Barcelos
Prédécesseur Théodose Ier
Successeur Théodose II de Bragance
Biographie
Dynastie Maison de Bragance
Naissance
Vila Viçosa (Portugal)
Décès
Vila Viçosa (Portugal)
Père Théodose Ier
Mère Isabelle de Lancastre
Conjoint Catherine de Bragance
Enfants Marie (1565-1592), Séraphine (1566-1604), Théodose, Édouard (1569-1627), Alexandre (1570-1608), Chérubine (1572-1580), Angélique (1573-1576), Marie (1573-1573), Isabelle (1578-1582), Philippe (1581-1608)

Coat of Arms of Catherine of Braganza.svg

Dom Jean Ier de Bragance (né vers 1547, mort le ) est le 6e duc de Bragance et le 1er duc de Barcelos, entre autres titres. Il fit de son mieux pour porter sa femme, l'infante Catherine of Guimarães, sur le trône du Portugal.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1563 il épousa sa cousine au premier degré, l’Infante Catherine, fille du duc Édouard de Guimarães et d'Isabelle de Bragance (elle-même tante de Jean).

Au terme du désastre de la Bataille des Trois Rois, où le roi Sébastien avait trouvé la mort sans laisser d'héritier, le vieux cardinal Henri était monté sur le trône ; mais ce prélat ne pouvant, de par sa fonction et son âge, avoir lui-même de descendance, la crise dynastique était patente bien avant sa mort. Aussi le duc de Bragance se mit-il à militer pour les droits de sa femme à monter sur le trône : celle-ci était en effet une petite-fille du roi Manuel Ier). Philippe II d'Espagne (autre petit-fils de Manuel Ier et également prétendant au trône), tenta de le convaincre de renoncer à défendre les prétentions de sa femme, en lui offrant la vice-royauté du Brésil, la charge de Grand-Maître de l’Ordre du Christ, le privilège d'affrêter chaque année un galion personnel pour les Indes, et enfin l'assurance du mariage de son fils aîné, Théodose de Bragance à l'une de ses filles (soit Isabelle Claire Eugénie, soit Catherine-Michelle) ; mais le duc de Bragance demeura inflexible.

La crise de succession du Portugal[modifier | modifier le code]

À la mort du roi-cardinal, le duc accompagna les gouverneurs du Royaume à Lisbonne et Setúbal, tentant de s'assurer leur appui dans la reconnaissance de son épouse comme souveraine légitime ; devant la montée des violences, il finit toutefois par prendre le parti de Philippe II (futur Philippe Ier de Portugal). Au cours de la guerre civile qui s'ensuivit, Antoine de Crato fut défait à la Bataille d'Alcántara (1580) ; Philippe II fit son entrée au Portugal et fut confirmé par le Cortes de Tomar, où João occupait le poste de connétable.

Lorsque Philippe partit pour l'Espagne, il confia la charge de connétable du Royaume à l'héritier de João, le duc Teodósio de Bragance, un titre de marquis de Flexilla-Xarandilla à son cadet, Dom Duarte, enfin une charge de colonel et plusieurs fiefs au benjamin, Dom Alexandre, destiné à l'état ecclésiastique. Il confirma pour João son titre d’Excellence et ses droits sur la chancellerie.

Jean mourut à Vila Viçosa en 1583.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

De son union avec Catherine naîtront :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Généalogie des rois et des princes de Jean-Charles Volkmann Edit. Jean-Paul Gisserot (1998)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]