Jean-Marie Masse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Masse (homonymie).
Jean-Marie Masse
Jean-Marie Masse, Bill Coleman et Buck Clayton (cropped).jpg
Jean-Marie Masse, entouré à sa droite de Bill Coleman, à sa gauche de Buck Clayton, alors co-Présidents d'Honneur du Hot Club de Limoges, au banquet du 30ème anniversaire de ce club en 1978.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
LimogesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Marie Masse est un musicien, producteur et animateur français né à Limoges le et mort dans la même ville le . Fondateur du Hot Club de Limoges, il fait de Limoges un bastion du jazz traditionnel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Masse en 1978.

Jean-Marie Masse est né à Limoges le [1].

Au printemps 1938, Jean-Marie Masse a tout juste 17 ans quand il découvre la musique de jazz grâce à Roger Blanc[2] qui fut un des premiers fans français de jazz dès la fin des années 1920 et qui le mit en relation avec Hugues Panassié en 1940.

Dès 1941, Jean-Marie Masse fait des conférences-auditions publiques sur le jazz, tout en débutant une courte carrière de peintre[3], Masse étant un disciple de Pierre Parot artiste réputé à Limoges[4]. Il fait alors des expositions à Marseille, Toulouse et Limoges[5].

En 1948, il organise le premier concert d’un grand jazzman à Limoges, Rex Stewart[6]. La même année il fonde le Hot Club de Limoges, abandonne la peinture pour devenir batteur professionnel et animateur de Radio-France-Limoges[7].

De 1948 à sa mort, il organise des centaines de manifestations dans sa ville qui, grâce à lui, voit défiler plus 1 000 musiciens[8], dont les grands noms du jazz, du blues et du gospel[9]. Il est également à l’origine en 1989 de la radio Swing FM[10],[11].

Il meurt à Limoges le [8], léguant son importante collection de disques (15 000 disques sur tous supports[12], dont des enregistrements rares) et de documents (livres, photos) relatifs au jazz à la Ville de Limoges[13].

Un hommage lui est consacré en 2015 dans le Bulletin du Hot Club de France[14].

Le 4 juin 2018, une plaque lui rendant hommage est dévoilée par Michel Leeb, grand amateur de jazz et Émile-Roger Lombertie, le maire de Limoges[15].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Trois films ont été réalisés en 2017/2018 pour retracer la vie et l’œuvre de Jean-Marie Masse, par les cinéastes Dilip et Dominique Varma :

  • Swingtime in Limousin (75 min) (ce film a obtenu le 2e prix au New York Jazz Film Festival 26 août 2018[16])
  • Willie Smith The Lion in Limousin (13 min 50 s)
  • Jean-Marie Masse et sa peinture Jazz (19 min 15 s).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Alain Christophe, "Jazz à Limoges", L'Harmattan, , 222 p. (ISBN 978-2296561007), page 31
  2. Jazz à Limoges, op. cit., p.21
  3. Jeanne-Marie Baude, Georges-Emmanuel Clancier, de la terre natale aux terres d'écriture, Pulim, , 325 p. (ISBN 2-8428-7194-4, lire en ligne), « Jean- Marie Masse, excellent musicien de jazz, fondateur du Hot-Club et cinéphile, présente les films et les concerts de jazz ; il fera lui aussi une brillante carrière à la radio ».
  4. Centre France, « Jean-Marie Masse est parti swinguer là-haut... », www.lepopulaire.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2018)
  5. Jazz à Limoges, op. cit., chapitre III, pages 45 à 56.
  6. Jazz à Limoges, op. cit., p. 87
  7. Claude-Alain Christophe, "Jazz à Limoges. La saga du Hot Club et de Swing FM", L'Harmattan, , 222 p. (ISBN 9782296561007 et 2296561004, OCLC 848085870, lire en ligne)
  8. a et b François Clapeau, « Dècès de Jean-Marie Masse hier à Limoges », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 13 juillet 2018).
  9. Maurice Robert, "Mémoire et identité : traverses ethnohistoriques en Limousin : le champ et l'atelier, le quotidien et la croyance, l'idéologie et la culture", Maison Limousine des Sciences de l'Homme, , 670 p. (OCLC 243770816, lire en ligne), « On ne peut, s'agissant de la vie musicale , oublier le rôle exceptionnel du Hot-Club, fondé par Jean-Marie Masse en 1948, et qui a fait de Limoges une des capitales du jazz » (page 652)
  10. Radio associative consacrée au jazz diffusée dans la région de Limoges ainsi que sur le net. Son site contient de nombreux renseignements sur l’activité du Hot club de Limoges. Site : Swing FM
  11. Martial Codet-Boisse, « Un festival de jazz so Hot-Vienne à Limoges », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, .
  12. « Jean-Marie Masse : l’histoire d’une musique, l’histoire d’une ville, l’histoire d’un homme », France 3 Nouvelle-Aquitaine,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2018)
  13. En 2018, la Ville de Limoges lui rend hommage en donnant son nom à un square et en organisant la manifestation Hot Vienne (concerts, films, conférences, colloques sur le jazz et plusieurs expositions mettant en valeur les différents talents de Jean-Marie Masse, notamment Harlem à Limoges (commissaire : Anne Legrand) qui présente de nombreuses pièces de son legs.[1]
  14. « Bulletin du Hot Club de France N° 645 », Mensuel,‎ , p. 3 à 10 (ISSN 0755-7272)
  15. Centre France, « Hommage - Une plaque dédiée à Jean-Marie Masse dévoilée hier par Michel Leeb et le maire de Limoges », www.lepopulaire.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2018)
  16. « Swingtime in Limousin »

Liens externes[modifier | modifier le code]