Jean-Christophe Valtat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valtat.

Jean-Christophe Valtat, né en 1968, est un écrivain français également professeur de Littérature Comparée à l'Université Paul-Valéry de Montpellier.

Il soutient en 2000 une thèse sur Les figures de la relativité dans Le Temps retrouvé et Finnegans Wake, qu'il publie en 2004.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En Anglais[modifier | modifier le code]

  • Aurorarama, Melville House Publishing, 2010.
  • Luminous Chaos, Melville House Publishing, 2013.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Premières Leçons sur L'Éducation sentimentale, un roman d'apprentissage, PUF, collection Major Bac, 1996.
  • Culture et figures de la relativité, Champion, 2004.

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • avec Véronique Léonard, Les Mythes des Avant-gardes, PUBP, 2003.
  • avec Valéry Hugotte, Modernités du suranné, PUPB, 2006.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • James Thurber, Le Sexe pour quoi faire ?, éditions du Rocher, 1995.
  • P. G. Wodehouse, Un cochon au clair de lune, éditions du Rocher, 1999.

Films[modifier | modifier le code]

  • Augustine, Les films du Possible, 43 min, noir et blanc, coréalisé avec Jean-Claude Monod, 2003.

Références[modifier | modifier le code]