Jean-Baptiste-Nicolas Thomas de Pange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pange.
Officier général francais 2 etoiles.svg Jean-Baptiste-Nicolas Thomas de Pange
Image illustrative de l'article Jean-Baptiste-Nicolas Thomas de Pange

Naissance 13 novembre 1727[1]
Metz, France
Décès 29 août 1774
Mareuil, France
Origine Français
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Grade Maréchal de camp
Années de service 1748-1763
Conflits Guerre de Sept Ans

Jean-Baptiste-Nicolas Thomas de Pange (1727-1774), ou Thomas de Domangeville, est un général français du règne de Louis XV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste-Nicolas naît le 13 novembre 1727[2] à Metz dans les Trois-Évêchés[3]. Son père Jean-Baptiste-Louis Thomas Seigneur puis marquis de Pange (1688-1769), qui était trésorier de l’extraordinaire des guerres et avait épousé en 1716 Françoise de Thumery (1686-1752), avec qui il avait eu six enfants, avait fait construire en 1720 le château de Pange. Son frère aîné, le 2d marquis de Pange Jean-Baptiste-François (1717-1780), sera nommé grand-bailli d'épée de la ville de Metz en 1773[2].

Comme simple cornette, le futur baron de Mareuil entre au régiment de cavalerie de La Rochefoucauld le 5 mai 1748, à la fin de la guerre de Succession d'Autriche[3]. Le 21 juin de la même année, il est promu capitaine et commande une compagnie. En 1749, il est promu « maréchal des logis des armées du roi ». En novembre 1750, Thomas de Pange de Domangeville est nommé « mestre de cavalerie », soit commandant de régiment. Le 7 janvier 1754, Thomas de Pange de Domangeville reçoit la croix de chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis[3].

Au début de la Guerre de Sept Ans, en mars 1757, Thomas de Pange est nommé « aide-maréchal général des logis » de l’armée d'Allemagne, soit aide-major général[3]. Au cours de la guerre, en février 1761, il est promu « brigadier des armées du Roi », puis « maréchal de camp », soit général de brigade, le 25 juillet 1762[4].

Il épouse Marie-Pauline Josèphe Chalvet de Rochemonteix (1744-1774) dans la chapelle du château de Vernassal (Léotoing) le 25 mars 1761. Elle est la fille d’Henri Chalvet de Rochemonteix (1718-1745), officier général des armées du roi. Par ce mariage, Jean-Baptiste-Nicolas hérite des terres de Champagne et du Château de Mareuil. Ils ont quatre enfants[5] :

Le château de Mareuil-sur-Aÿ, près de Reims où vécut la famille Thomas de Pange de Domangeville

Ayant des problèmes de santé, Jean-Baptiste-Nicolas Thomas de Pange quitte le service actif pour se retirer au château de Mareuil, près de Reims, où il décède prématurément le 29 août 1774 [3] à l'âge de 46 ans après avoir confié l'éducation de ses enfants à son frère, le marquis de Pange.

Malade, son épouse le suit de peu dans la tombe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 14 décembre 1726 selon Dennery:Les maréchaux de camp de Pange, in Académie nationale de Metz, 1924
  2. a et b Jean Baptiste Pierre Julien Courcelles (dit le chevalier) : Histoire généalogique et héraldique des pairs de France des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume, tome 5, imp. De Plassan, Paris, 1825.
  3. a, b, c, d et e Général Dennery, Les maréchaux de camp de Pange, in Académie nationale de Metz, 1924 (pp.119-131)
  4. M. Pinard: Chronologie historique-militaire, contenant l'histoire de la création de toutes les charges, dignités et grades militaires supérieurs, de toutes les personnes qui les ont possédés, (...); Des troupes de la maison du Roi (...). Tome septième contenant la suite des maréchaux de camp créés depuis 1715 jusqu'à présent.Les maréchaux généraux des camps et armées et les maréchaux de France jusqu'à la promotion de 1675, Claude Hérissant, Paris, 1764 (p.598).
  5. Edith de Pange : Le chevalier de Pange ou la tragédie des trois frères, éditions Serpenoise, Metz, 2011

Sources[modifier | modifier le code]

  • Général Dennery, Les maréchaux de camp de Pange, in Académie nationale de Metz, 1924, pp. 119-131.En ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]