Janina Bauman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Janina Bauman
Hanging out with Zygmunt and Janina Bauman (113842143).jpg
Zygmunt et Janina Bauman en 2006.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
LeedsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Janina LewinsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint

Janina Bauman ( à Varsovie - à Leeds) est une écrivain polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Janina Bauman naît dans une famille juive de la bourgeoisie libérale parfaitement assimilée et non religieuse[1]. Son père, Szymon Lewinson, est chirurgien et officier de réserve dans l'armée polonaise. Mobilisé en 1939 dans un hôpital militaire, il fait partie des officiers polonais tués à Katyń par les Soviétiques[2].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors du bombardement de Varsovie en , elle se cache dans des caves avec sa mère et sa soeur[3]. Quelques semaines plus tard, elles sont enfermées dans le ghetto de Varsovie[1] et y passent 26 mois[3]. Pendant les premiers mois, malgré la promiscuité, les deux filles continuent d'étudier auprès de professeurs privés dans la maison de ceux-ci dont l'école Toporol, une petite école agricole qui fait pousser dans des conditions acrobatiques des légumes qui sont ensuite donnés aux cantines populaires gérées par le Judenrat[3].

Le , sa mère, sa soeur et Janina Bauman fuient le ghetto et se réfugie dans le quartier aryen de Varsovie[3]. Elle sont d'abord cachées dans la pièce d'une appartement calfeutré avec des rideaux puis dans l'appartement d'une jeune couple appartenant à l'Armia Krajowa. Lorsque le mari de la maison est arrêté, elle quitte leur cachette[3].

En 1944, Janina souffre de tuberculose. Après l'échec de l'insurrection de Varsovie, les trois femmes sont déplacées au sud de la Pologne dans la maison d'une paysanne[1]. C'est là qu'elle apprend la mort de son père, lisant son nom sur une page de journal sur laquelle elle épluche des pommes de terre[1].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre, elle entame des études en sciences sociales et en journalisme à l'Université de Varsovie, où elle rencontre Zygmunt Bauman qui deviendra son époux[1]. Elle travaille alors dans le cinéma en tant que traductrice et script[2]. En 1968, à la suite de nouvelles persécutions antisémites en Pologne, le couple décide de partir pour Israël[2]. Trois ans plus tard, ils partent pour Leeds où ils restent jusqu'à la fin de sa vie[1].

Elle est morte le [1],[2]. Après une donation de sa famille, un prix Janina Bauman est instaurée par l'université de Leeds qui récompense deux étudiants de l'Institut Bauman ayant présenté la thèse la « éthique ou morale »[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (pl) Nigdzie na ziemi, Varsovie, Wydawnictwo Żydowskiego Instytutu Historycznego, , 258 p. (ISBN 83-85888-32-2)
  • (pl) Powroty. Opowieść w czterech odsłonach, Poznań, Wydawnictwo Zysk i S-ka, , 111 p. (ISBN 83-7150-058-0)
Traduit en français par Emmanuel de Morati sous le titre Derrière ces mur : Comment j'ai survécu au ghetto de Varsovie, éd. Jacqueline Chambon, 2007, 253 p., (ISBN 978-2-87711-312-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en-GB) Lydia Bauman, « Janina Bauman obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 11 avril 2019)
  2. a b c et d (pl) « Janina Bauman nie żyje » [« Janina Bauman est morte »], wyborcza, (consulté le 11 avril 2019)
  3. a b c d et e (en-GB) « Janina Bauman - Ghetto Resident • SWWEC », sur SWWEC (consulté le 11 avril 2019)
  4. (en) « Janina Bauman Prize : The Bauman Institute », sur Leeds University (consulté le 11 avril 2019)