James Cumming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant britannique image illustrant un chimiste
Cet article est une ébauche concernant une personnalité britannique et un chimiste.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cumming.
James Cumming

James Cumming est un chimiste britannique, né le et mort le .

Après son Bachelor of Arts, il étudie au Trinity College de Cambridge jusqu’en 1801. Il devient membre de l’université de Cambridge en 1803 et est professeur de chimie de 1815 à 1860. Cumming devient membre de la Royal Society en 1816[1] et préside la société philosophique de Cambridge. Il est notamment l’auteur d’A Manuel of Electro-Dynamics et s’intéresse principalement aux phénomènes électriques.

Indépendamment de Johann Salomo Christof Sweigger (1779 † 1857) et Johann Christian Poggendorff (1796 † 1877) en Allemagne, il a créé plusieurs instruments parmi les premiers[2] réagissant aux champs magnétiques généré par un courant électrique. Il en décrit en avril et en mai 1821 à la Cambridge Philosophical Society.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Officiellement le 11 janvier 1816.
  2. L’instrument de Sweigger est présenté le 16 septembre 1820 à la Natural Philosophy Society de Halle et est décrit dans une publication de novembre.
    Celui de Poggendorff est décrit par son professeur au début de l’année 1821 à l’université de Berlin ; ceux de James Cumming en avril et mai 1821.
    Source : The story of electrical and magnetic measurements: from 500 B.C. to the 1940s, Joseph F. Keithley.

Source[modifier | modifier le code]

  • The story of electrical and magnetic measurements: from 500 B.C. to the 1940s, Joseph F. Keithley, consulter en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]