Jacques Dewitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un écrivain belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jacques Dewitte, Paris, 2008

Jacques Dewitte est un philosophe, écrivain et traducteur belge[1], [2] né à Schaerbeek (Bruxelles, Belgique) le 16 juillet 1946. Il est l'auteur de nombreux ouvrages. Il vit à Berlin depuis 1992. Il a écrit Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit, recensant les manipulations du langage par les systèmes totalitaires, en s'appuyant sur quatre auteurs : George Orwell, Dolf Sternberger (de), Victor Klemperer et Aleksander Wat.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit, essai sur la résistance au langage totalitaire, Michalon, 2007.
  • L’Exception européenne. Ces mérites qui nous distinguent, Michalon, 2008.
  • La manifestation de soi. Éléments d’une critique philosophique de l’utilitarisme, La Découverte, Coll. Textes à l’appui, 2010.
  • Kolakowski. Le clivage de l'humanité, Michalon, 2011.

Contributions d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 5. Une autre existence. En relisant La Structure du comportement de Maurice Merleau-Ponty. Dans Penser le comportement animal, Editions Quæ, 2010.
  • Hans Jonas (1903-1993), philosophe de la nature. Dans Histoire raisonnée de la philosophie morale et politique, La Découverte, 2001.

Articles de revues[modifier | modifier le code]

  • L’invention instrumentale. Hommage à Igor Stravinsky. Dans L'instrument de musique. Approches esthétiques et ontologiques. Methodos 2011/11.
  • La lignification de la langue. Dans Hermès, La Revue 2010/3 (Numéro 58).
  • Une valeur gratuite, une complication inutile. Maurice Merleau-Ponty lecteur des biologistes. Dans Revue du MAUSS 2010/1 (n° 35).
  • Comment peut-on être allemand ? Dans Commentaire 2010/1 (Numéro 129).
  • La vie est sans pourquoi. Redécouverte de la question téléologique. Dans Revue du MAUSS 2008/1 (Numéro 31).
  • Le réel simple ou double Sur l'« ontologie du réel » de Clément Rosset. Dans Critique 2008/3 (Numéro 730).
  • L'exposition de soi à la guerre. À propos d'une digression du Billy Budd de Herman Melville. Dans Revue du MAUSS 2006/1 (Numéro 27).
  • Consensus et dissidence, ou : s'il y a tant de fumée, il ne peut pas y avoir de feu. Dans Revue du MAUSS 2005/1 (Numéro 25).
  • Croire ce que l'on croit. Réflexions sur la religion et les sciences sociales. Dans Revue du MAUSS 2003/2 (Numéro 22).
  • Ni hasard, ni nécessité. La contingence des phénomènes sociaux selon Marcel  Mauss . Dans Revue du MAUSS 2002/1 (Numéro19).
  • Le déni du déjà-là. Sur la posture constructiviste comme manifestation de l’esprit du temps. Dans Revue du MAUSS 2001/1 (Numéro 17).
  • La tentation de l'indifférencié. Du monde sans qualités à l'homme sans qualités. Diogène n° 195, juillet-septembre 2001.
  • Herméneutique et téléologie : une conjonction possible ? L'exemple d'Adolf Portmann. Dans La finalité en question: philosophie et sciences contemporaines : actes du colloque de Dijon, 25-27 mars 1999. Sous la direction de Michel Bastit & Jean-Jacques Wunenburger. L'Harmattan, 2000.
  • L’unité dans la multiplicité. La question de l’identité dans l’architecture urbaine. Dans Revue du MAUSS 1999/2 (Numéro 14).
  • Pour qui sait voir. Dans Revue du MAUSS 1999/2 (Numéro 14).
  • L'artialisation et son autre, réflexions critiques sur la théorie du paysage d'Alain Roger. Dans Critique "Jardins et Paysages" n° 613-614, juin-juillet 1998.
  • Il ne fallait pas. Notes sur le don, la dette et la gratitude. Dans Revue du MAUSS 1996/2 (Numéro 8).
  • Sur la question du sacrifice. Dans Revue du MAUSS 1995/2 (Numéro 6).
  • Donation première de l'apparence. Dans Revue du MAUSS 1993/1 (Numéro 1).

Préfaces, postfaces et traductions[modifier | modifier le code]

  • Adolf Portmann, La forme animale. La Bibliothèque, 2013. Préface. Traduction.
  • Phénoménologie et philosophie de la nature. Ousia, 1996. Préface.
  • Rosa Luxemburg, La crise de la social-démocratie. Les Amis de Spartacus, 1994. Traduction.
  • Leszek Kołakowski, Le village introuvable. Éd. Complexe, 1986. Traduction.
  • Karl Gruber, Forme et caractère de la ville allemande. Archives d'architecture moderne, 1985. Traduction.
  • Leszek Kołakowski, L'Esprit révolutionnaire; suivi de Marxisme, utopie et anti-utopie. Éditions Complexe : diff. Presses universitaires de France, 1978. Postface.
  • Rosa Luxemburg, La crise de la social-démocratie. Suivi de sa critique par Lénine. Éd. la Taupe, 1970. Traduction.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Prix Lucien Malpertuis 2007 », sur www.arllfb.be (consulté le 22 mai 2016).
  2. Jacques De Decker, « Le Voyage de Jacques Dewitte au cœur de la terreur par les mots », Le Soir,‎ , p. 2 (lire en ligne)