Jérôme Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe
Cet article est une ébauche concernant un philosophe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jérôme Laurent
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Jérôme Laurent, né en 1960 à Bordeaux, est directeur du département de philosophie de l’Université de Caen Normandie, où il enseigne en tant que professeur. Il est également directeur adjoint de l'École doctorale « Histoire, mémoire, patrimoine, langage » (ED 558) depuis septembre 2015[1].

Spécialiste de la pensée antique et de Plotin, il a notamment écrit sur Platon, Strabon, Georges Bernanos, Paul Claudel ou Henri Michaux, et a fait des traductions de traités de Plotin portant sur des thèmes variés : le corps humain, la poésie, la géographie et l’esthétique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Fondements de la nature selon Plotin, Paris, Vrin, 1992.
  • Platon, profil d’un auteur, Paris, Hachette, 1999.
  • La Mesure de l’humain selon Platon, Paris, Vrin, 2002.
  • Le Charme, un pouvoir si singulier…, Paris, Larousse, coll. « Philosopher », 2008.
  • L’éclair dans la nuit. Plotin et la puissance du Beau, Chatou, La Transparence, 2011, 214 pages.
  • Leçons sur l’Ethique à Nicomaque, Paris, Ellipses, 2013, 222 pages.
  • « L’autarcie joyeuse dusage selon Plotin », Etudes platoniciennes, III, 2006, p. 131-139 .
  • « Pourquoi parler de ce qui n’est pas ? », dans Dire le néant, Caen, Presses Universitaires, 2007, p. 7-14.
  • « Strabon et la philosophie stoïcienne », Archives de philosophie, 2008, 71, p. 111-127.
  • « Cioran et la gnose »,Cahier de l’Herne sur Cioran, avril 2009, p. 264-270.
  • « Peccatum nihil est. Remarques sur la conception augustinienne du péché comme néant », Cahiers philosophiques, nº122, 2010, p. 9-20.
  • « Orgasme et affectivité. Sur le mythe d’Aristophane et la jouissance du transcendant », dans Phénoménologie des sentiments corporels : Joie, jouissance, ivresses, Le Cercle Herméneutique, 2010, p. 49-60.
  • « L’impossibilité des mondes possibles dans la philosophie ancienne » (en russe), dans le volume Возможные миры (ответственный редактор Е. Г. Драгалина-Черная), éditions Kanon-Plus, Moscou, 2011, p.14-22.
  • « Simon Frank lecteur de Plotin », dans « Philosophie russe », Cahiers de philosophie de l’Université de Caen, nº48, 2011, p. 135-149.
  • « Platon », dans Dictionnaire de la violence, (dir. M. Marzano), Paris, PUF, 2011, p. 1040-1045.
  • « La merveille, c’est l’Un », Archives de philosophie, 75, 2012, p. 5-9.
  • « La mélancolie d’Alexandre », Eidôlon, 102, (dir. G. Peylet), Presses Universitaires de Bordeaux,  2012 , p. 49-57.
  • « Les quatre personae chez Panétius et Cicéron ; une identité personnelle multiple » (en russe),  dans le volume Subjectivité et Identité, (dir. A. Mikhailovski), Moscou, Presses de la Haute École d’Économie, 2012, p. 35-48.
  • « “C’est là ma place au soleil”. Le statut de la subjectivité dans la pensée de Levinas » (en russe) dans le volume Le Problème du moi / Проблема “Я”, Moscou, Presses de la Haute Ecole d'Economie, 2012, p. 11-24.
  • « “L’ombre bleue des grands arbres” : les arbres et la forêt dans Dominique d’Eugène Fromentin », Eidôlon, 103 (numéro sur la Forêt romantique, dir. V. Caillet), Presses Universitaires de Bordeaux, 2013, p. 29-36.
  • « L’être et le non-être selon Platon », dans Lectures de Platon, (dir. M. Dixsaut), Paris, Ellipses, 2013, p. 131-146.
  • « Thalès, Anaximandre, Anaximène : la découverte de l’esprit scientifique ? » dans La Sagesse présocratique (dir. M.-L. Desclos et F. Fronterotta), Paris, Armand Colin, 2013, p. 61-88.
  • « “Lire la physionomie” selon Stendhal », dans le collectif Le Rouge et le Noir de Stendhal : Lectures critiques, sous la dir. de Martine Reid, Paris, Garnier, 2013, p. 117-133.

Références[modifier | modifier le code]