Izet Sheshivari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Izet Sheshivari
Image dans Infobox.
Izet Sheshivari en 2014
Naissance
(40 ans)
Genève
Nationalité
Activités
Artiste, éditeur, graphiste
Autres activités
Commissaire d'exposition
Formation

Izet Sheshivari, né à Genève le , est un artiste, éditeur, graphiste et commissaire d'exposition suisse. Il est le fondateur des éditions Boabooks, créées en et spécialisées dans la publication de livres d'artistes. Il vit et travaille à Genève[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Texte alternatif pour l'image
Izet Sheshivari, La promenade du roi, livre d'artiste, 2002

À l’École des arts décoratifs de Genève, il obtient son certificat fédéral de capacité (CFC) en 2001[2]. Son projet de diplôme remporte le prix d'encouragement de l'Union des graphistes suisses, décerné au meilleur CFC de Suisse[2]. Il obtient par la suite en 2004 un diplôme HES de designer en communication visuelle à l'École cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Dans le cadre de ses études à l'ECAL, de 2002 à 2004, il suit les cours de dessins de caractères de François Rappo, ainsi que ceux d'intervenants et professeurs tels que Dimitri Bruni et Manuel Krebs (NORM), Aude Lehmann et Linda van Deursen[2].

À partir de 2002, il développe un travail personnel avec le médium du livre. Cela se concrétise par son premier livre d'artiste intitulé La promenade du roi, publié à l'ECAL en 2002. Ce spécimen présente des polices de caractères modulaires dessinées d'après la vue en plan du jardin de Versailles créé par André Le Nôtre[3]. Suivront en 2003 La collection Hauslooserli édité à Genève, puis Witnesses tell of a disappearance story édité à Lausanne en 2004, Album édité en 2004, puis en 2005 99 web-found sentences publié par Nieves à Zurich.

De 2006 à 2011, il collabore à la création de livres d'artistes dont les auteurs sont basés en Suisse tels que Jérémie Gindre, Frédéric Post, ou à l'étranger (voir la liste des auteurs dans l'ouvrage The complete series of Boabooks artists' notepads, edition fink, 2015, collection fink twice)[4].

Il fonde en les éditions Boabooks[5],[6],[7]spécialisées dans la publication de livres d'artistes.

Cet intérêt pour le livre d'artiste l'amène à publier des fac-similés (Tom Wasmuth, Laurence Whitfield, Laurence Whitfield, 2015, Ulises Carrión, In alphabetical order, 2016) et des ouvrages sur la notion d'archive (Frédéric Post, Anonymous engravings on ecstasy pills, 2009, Miriam Sturzenegger, Der Nebel ist ein helles Dunkel = The fog is a light darkness, 2010[8], Izet Sheshivari, Blank Book Makers, 2012, Susan Hiller, The artist's palette alphabet, 2013). Créateur de livres d'artistes (Les livres dont vous n'êtes pas le héros, Genève, 2012[9], Art-Rite, 2012, Imaginary letters, 2015), il est aussi designer graphique de livres d'artistes d'autres auteurs : Fabienne Radi, Smacks, 2008, livre-objet[10], Eric Watier, Inventory of destruction, 2012 et Esteban Pagés, COBE, 1992, WMAP, 2003, 2013. Les ouvrages précédemment cités ont été publiés aux éditions Boabooks.

La Bibliothèque d'art et d'archéologie (Genève) conserve quatre livres d'artistes uniques d'Izet Sheshivari : Album (2004), Guerre et paix (2008), Set 6 (2009) et Close-ups : from the golden age of the silent cinema (2010) ; ils ont été présentés, en 2010-2011, lors de l’exposition Close-ups, Boabooks, auprès de Forde, à Genève[11].

En 2011, il fonde The Liberated Page, une association pour la promotion des livres d'artistes. Pour ce faire, elle organise des expositions sur les nouvelles formes du livre d’artiste, notamment Blank book makers en 2012, The Liberated Page en 2014 et The Next Page en 2016. De 2008 à 2016, il participe à plus de 50 foires (notamment avec Georg Rutishauser, édition fink, Zurich)[12] et également à des colloques et à des ateliers autour du livre d’artiste, en Suisse (Berne) et à l’étranger : Académie Gerrit Rietveld, Amsterdam, The Royal Institute of Art, Stockholm (Kungliga Konsthögskolan), École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon et École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg.

La Bibliothèque nationale suisse (BNS) à Berne présente certains de ses ouvrages lors de l’exposition Unikat - Unicum (du au ). Cette exposition est la première d'une série ayant pour thème "les livres d'artistes du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale suisse".

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Il est lauréat de la bourse Lissignol-Chevalier et Galland (Genève) 2009-2010[13].

Le livre de Pierre Schwerzmann, édité par Boabooks en 2013, est primé par l'Office fédéral de la culture dans le cadre du concours des plus beaux livres suisses[14],[15],[16].

Sélection d'expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2004 : After art school, La Rada, Locarno
  • 2004 : Réouverture, Duplex, Genève
  • 2010-2011 : Close-ups, Boabooks, Forde, Genève, du au [11]
  • 2017-2018 : Orphan papers, Kunstbibliothek Sitterwerk, Saint Gall, du au [17],[18],[19]

Sélection d'expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Menu, La Fabbrica, Losone & La Rada, spazio per l'arte contemporanea, Locarno
  • 2005 : Multiples et objets dérivés, Galerie J, Genève, vernissage le [20]
  • 2008 : Ça prend, Fabienne Radi, Jérémie Gindre, Izet Sheshivari, Les Halles, Porrentruy, du au [21]
  • 2009 : Bourses de la Ville, Fonds Berthoud, Lissignol-Chevalier et Galland pour la jeune création, Centre d’art contemporain, Genève, du au [22]
  • 2011-2012 : Made in Genève, Bibliothèque d'art et d'archéologie, Genève, du au [23]
  • 2012 : Blank book makers, Fonderie Kugler, Genève, du 2 au , Izet Sheshivari et Ramaya Tegegne, commissaires d'exposition[24]
  • 2012-2013 : Art Rite n.16, Printed Matter, New York, Izet Sheshivari commissaire d'exposition, durée de l'exposition : 2 semaines à partir du [25]
  • 2012-2013 : D'après Giorgio, Maison musée de Giorgio De Chirico, Rome, du au [26]
  • 2014 : Pierre Schwerzmann & Together with Boabooks, Galerie Skopia, Genève, du au , Izet Sheshivari commissaire d'exposition[27],[28]
  • 2014 : The Liberated Page, Le Commun, Bâtiment d'art contemporain, Genève, du au , Izet Sheshivari commissaire d'exposition[16],[29]
  • 2014-2015 : Unikat – Unicum. Livres d’artistes du Cabinet des estampes, Bibliothèque nationale suisse, Berne, du au [30]
  • 2015 : Books & Co., Galerie Gagosian, Paris, du au [31]
  • 2015 : Accadrà domani, Museo Marino Marini (Firenze) (it), Florence, du au [32]
  • 2015 : Fink twice 505 — The complete series of Boabooks artists' notepads, Circuit, Lausanne, le [33]
  • 2015 : Swiss art awards dans le cadre d'Art Basel[34],[35], du 15 au
  • 2015-2016 : Le livre dans le livre, Les Abattoirs, Médiathèque, Toulouse, du au [36]
  • 2015-2016 : Le livre de photographie et ses auteurs, Bibliothèque nationale suisse, Berne, du au [37]
  • 2016 : The Next Page, NY Art Book Fair, New York, du 16 au , Izet Sheshivari commissaire d'exposition

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque nationale suisse, Berne [38]
  • Bibliothèque d'art et d'archéologie (Genève), Genève dont 4 livres uniques : Album (2004), Guerre et Paix (2008), Set 6 (2009), Close-ups : from the golden age of the silent cinema (2010)[39]
  • Bibliothèque de Genève[40]
  • BIbliothèques du catalogue Swissbib (de)[41]

Union européenne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Izet Sheshivari », sur SIKART Dictionnaire sur l'art en Suisse.
  2. a b et c « Izet Sheshivari », dans Bourses Ville de Genève, Fonds Berthoud, Lissignol-Chevalier et Galland pour la jeune création contemporaine, 04.09-04.10.2009 (lire en ligne), p. 15.
  3. (de) Mika Mischler, Type-one : discipline and progress in typography, Berlin, Die Gestalten Verlag, , 224 p. (ISBN 978-3-8995-5056-6), p. 162-163.
  4. (de) « Izet Sheshivari : The complete series of Boabooks artists' notepads », sur www.editionfink.ch, (consulté le ).
  5. « Site officiel de Boabooks » (consulté le ).
  6. Sophie Bogaert, « Le livre comme espace d'exposition », dans Le livre libre : essai sur le livre d'artiste, Paris, les Cahiers dessinés, (ISBN 978-2-2830-2405-8), p. 316-318.
  7. « Boabooks », sur www.lespressesdureel.com (consulté le ).
  8. (de) Urs Bugmann, « An den Rändern des Unsichtbaren : Kunstbuch », Neue Luzerner Zeitung, no 81,‎
  9. Stéphane Reboul, « Les livres dont vous n'êtes pas le héros », Marges : revue d'art contemporain, no 16,‎ , p. 140-142 (ISSN 1767-7114, lire en ligne, consulté le ).
  10. Sophie Bogaert, Le livre comme espace d'exposition, dans Le livre libre : essai sur le livre d'artiste, Paris : les Cahiers dessinés, 2010, p. 318 (illustration)
  11. a et b « Close-ups, Boabooks, 17.12.2010-08.01.2011 », sur www.forde.ch (consulté le ).
  12. Biographie rédigée d'après des informations provenant directement d'Izet Sheshivari
  13. « Lauréat-e-s 2009-2010 », dans Bourses de la Ville de Genève sur les fonds Berthoud, Lissignol-Chevalier et Galland (arts plastiques et arts appliqués) : liste des lauréat-e-s (lire en ligne), p. 3
  14. Diplôme des plus beaux livres suisses 2013 (copie)
  15. « Les plus beaux livres suisses : 2013 : Pierre Schwerzmann », sur www.swissdesignawards.ch (consulté le ).
  16. a et b Elisabeth Chardon, « Entre l'art et le livre, c'est l'amour libre », Le Temps (quotidien suisse),‎ (lire en ligne)
  17. (de) « Orphan Papers : eine Ausstellung von Izet Sheshivari mit der Kunstbibliothek Sitterwerk », sur http://www.sitterwerk.ch (consulté le )
  18. (de) « Sitterwerk. Orphan papers », sur https://www.form.de, (consulté le )
  19. (en) « Orphan Papers - An exhibition by Izet Sheshivari with the Sitterwerk Art Library », Book arts newsletter,‎ décembre 2017-janvier 2018, P. 14 (ISSN 1754-9086, lire en ligne)
  20. « Vernissage : Multiples et dérivés », sur galerie-j.info, (consulté le )
  21. « Exposition "ça prend", Fabienne Radi, Jérémie Gindre, Izet Sheshivari », L'Express, feuille d'avis de Neuchâtel,‎ , p. 15 (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Izet Sheshivari », dans Bourses Ville de Genève, Fonds Berthoud, Lissignol-Chevalier et Galland pour la jeune création contemporaine, 04.09-04.10.2009 (lire en ligne), p. 15-16.
  23. Véronique Goncerut Estèbe, « Boabooks », dans Véronique Goncerut Estèbe, Made in Genève, Genève, Bibliothèque d'art et d'archéologie, (lire en ligne), p. 30-37
  24. « Le saloon du livre, 2-17 juin 2012 », sur www.usinekugler.ch, (consulté le ).
  25. (en) « A presentation of Boabooks, published by Izet Sheshivari », sur www.printedmatter.org, (consulté le ).
  26. (en) « "D'après Giorgio" at Casa Museo Giorgio de Chirico », sur www.contemporaryartdaily.com, (consulté le ).
  27. « Pierre Schwerzmann & Together with Boabooks, 16.01-01.03.2014 », sur skopia.ch (consulté le ).
  28. « Stop press ! Pierre Schwerzmann and Boabooks », Book arts newsletter, no 87,‎ , p. 36 (lire en ligne)
  29. Véronique Goncerut Estèbe, « Les livres précieux de la BAA dans cinq expositions », Blog des Musées d'art et d'histoire de Genève,‎ (lire en ligne)
  30. « Unikat=Unicum. Livres d'artistes du Cabinet des estampes », sur www.admin.ch (consulté le ).
  31. « Ed Ruscha : Books & Co, Ed. Ruscha : Prints and photographs », sur www.gagosian.com, (consulté le ).
  32. (it) « Accadrà domani : un archivio aperto di libri d’artista contemporanei al Museo Marini », sur www.davisefranceschini.it (consulté le ).
  33. « Fink twice 505 : The complete series of Boabooks artists' notepads », sur www.circuit.li, (consulté le ).
  34. « Les participants à "Swiss Art Awards 2015" sont désignés », sur www.admin.ch, (consulté le ).
  35. « Exposition "Swiss Art Awards 2015"-participants », sur www.admin.ch (consulté le ).
  36. « Le livre dans le livre », sur http://www.lesabattoirs.org (consulté le )
  37. « Le livre de photographe et ses auteurs », sur www.admin.ch (consulté le ).
  38. « Catalogue en ligne Helveticat », sur www.helveticat.ch (consulté le ).
  39. « RERO Explore : bibliothèques genevoises », sur explore.rero.ch (consulté le ).
  40. « RERO Explore : bibliothèques genevoises », sur explore.rero.ch (consulté le ).
  41. « Swissbib : Rechercher : Izet Sheshivari », sur www.swissbib.ch (consulté le ).
  42. (it) « Site du Museo Marino Marini » (consulté le ).
  43. (en) « Perroquet tout s'écroule sort son premier album : archive », sur www.macba.cat (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elisabeth Chardon, « Entre l'art et le livre, c'est l'amour libre », Le Temps (quotidien suisse),‎ (lire en ligne)
  • Fink twice 505 : the complete series of Boabooks artists notepads, Zurich, éditions Fink, 2015
  • Véronique Goncerut Estèbe, « Les livres précieux de la BAA dans cinq expositions », Blog des Musées d'art et d'histoire de Genève,‎ (lire en ligne)
  • Véronique Goncerut Estèbe, « Boabooks », dans Véronique Goncerut Estèbe, Made in Genève, Genève, Bibliothèque d'art et d'archéologie, (lire en ligne), p. 30-37
  • Urs Lehni, Our magazine, Zurich, no 2, 2004, p. 38-39
  • Mika Mischler, Type-one : discipline and progress in typography, Berlin, Die Gestalten Verlag, 2005, p. 162-163
  • Françoise Ninghetto, « Boabooks : des artistes et des livres », Kunst-Bulletin des Schweizerischen Kunstvereins, no 6,‎ , p. 84-87 (ISSN 1013-6940, lire en ligne, consulté le )
  • Fabienne Radi, « Du pudding à l'exposition », Kunstbulletin, no 3,‎ (ISSN 1013-6940, lire en ligne)
  • Stéphane Reboul, « Les livres dont vous n'êtes pas le héros », Marges : revue d'art contemporain, no 16,‎ , p. 140-142 (ISSN 1767-7114, lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]