Ioané Petritsi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ioané Petritsi[1] (en géorgien, იოანე პეტრიწი), appelé aussi dans certaines sources Ioané Tchimtchimeli, est un philosophe et traducteur géorgien du XIIe siècle, adepte du néo-platonisme.

Éléments biographiques et travaux[modifier | modifier le code]

Les données biographiques à son sujet sont très incertaines. D'après la tradition reçue, il serait né vers 1050 et mort vers 1125. Il aurait étudié à Constantinople sous Michel Psellos († 1078) et Jean Italos (condamné en 1082). Ensuite il aurait séjourné au monastère de Petritsoni (actuel monastère de Batchkovo, en Bulgarie), d'où il tirerait son surnom. Le roi géorgien David IV l'aurait ensuite fait venir au monastère de Ghélati, qu'il fonda en 1106 et qui fut le grand centre intellectuel de la Géorgie au XIIe siècle. Mais cette tradition est tardive et très mal étayée, et il semble, d'après les études récentes sur son œuvre, qu'il aurait plutôt vécu dans la seconde moitié du XIIe siècle.

Il a notamment traduit en géorgien les Éléments de théologie de Proclus (et produit un commentaire sur cet ouvrage), le traité Sur la nature de l'homme de Némésios d'Émèse, et des textes d'Aristote (les Topiques et le De l'interprétation). D'autres traductions lui sont attribuées (notamment de Flavius Josèphe), ainsi que des commentaires bibliques[2], des hymnes religieux, et une grammaire de la langue géorgienne.

Son legs principal est l'abondant commentaire des Éléments de théologie, constitué d'une introduction, d'un commentaire de chaque chapitre et d'un épilogue. Dans ce dernier, il insiste sur la concordance entre néo-platonisme et christianisme.

Vers 1248, le travail de Ioané Petritsi sur les Éléments de théologie fut traduit en arménien par un moine nommé Sviméon. Ce fut l'origine d'une tradition d'étude de la philosophie de Proclus à la fois en Géorgie et en Arménie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Tengiz Iremadze, article « Joane Petrizi », Stanford Encyclopedia of Philosophy, 2006 (révisé en 2011).
  • (en) Levan Gigineishvili, « The harmonisation of neoplatonism and christianity in the Gelati monastic school », Annual of Medieval Studies at the Central European University for 1994-1995, 1996, p. 124-139.
  • (de) Lela Alexidze, « Griechische Philosophie in den Kommentaren des Joane Petrizi zur Elementatio theologica des Proklos », Oriens Christianus 81, 1997, p. 148-168.
  • (de) Hans-Christian Günther, Die Übersetzungen der Elementatio theologica des Proklos und ihre Bedeutung für den Proklostext (chap. I : « Einige vorläufige Bemerkungen zur Bedeutung von Petrizis Übersetzung der Elementatio für die Textkonstitution »), Leyde, E. J. Brill, 2007.
  • (en) Levan Gigineishvili, The Platonic Theology of Ioane Petritsi, Gorgias Press, 2007.
  • (de) Lela Alexidze, Ioane Petritsi und die antike Philosophie, Tbilissi, 2008 (en géorgien, avec un sommaire de 40 pages en allemand).
  • (de) Lela Alexidze et Lutz Bergemann (trad.), Ioane Petrizi. Kommentar zur Elementatio theologica des Proklos (traduction allemande, introduction et notes), Amsterdam, B. Grüner, 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom orthographié également « Petrizi ».
  2. Notamment les Commentaires sur l'Ecclésiaste de Métrophane de Smyrne et d'Olympiodore le Diacre, conservés dans le même manuscrit. Édition du premier : Kornelii Kekelidzé (éd.), Thargmanebay Eklesiastisay Mitrophane Zmwrnel metropolitisay / Commentarii in Ecclesiastem Metrophanis metropolitæ Smyrnensis, Monumenta Georgica. Publicationes Universitatis Tphilisensis I, Scriptores Ecclesiastici I, Tbilissi, 1920.

Liens externes[modifier | modifier le code]