Hydre (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hydra (lune))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hydra.
Hydre
(134340) Pluton III
Hydra
Image illustrative de l'article Hydre (lune)
Hydre par New Horizons le 14 juillet 2015.
Type Satellite naturel de Pluton
Caractéristiques orbitales
(Époque J2000.0)
Demi-grand axe 64 700 ± 850 km
Excentricité 0,005 ± 0,001
Période de révolution 38,206 ± 0,001 d
Inclinaison 0,22 ± 0,12°
Caractéristiques physiques
Dimensions 55 × 40 km[1]
Masse 4,2×1017 (?) kg
Masse volumique moyenne 1,9 (?)×103 kg/m3
Gravité à la surface 0,02 (?) m/s2
Période de rotation inconnue (?) d
sans doute synchrone
Albédo moyen 0,04–0,37 (?)
Température de surface ~(-233 ; -228°C) (?)
~40–45 (?) K
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Pas d'atmosphère
Découverte
Découvreur Télescope Hubble Pluto
Companion Search
Team
Date de la découverte
Désignation(s)
Désignation(s) provisoire(s) S/2005 P 1

Hydre, officiellement (134340) Pluton III Hydre[2],[3] (internationalement Hydra et (134340) Pluto III Hydra), est un petit satellite naturel de Pluton découvert en 2005. Jusqu'au 22 juin 2006, il portait la désignation provisoire S/2005 P 1.

Découverte[modifier | modifier le code]

Image de la découverte de Hydre par le télescope Hubble (Pluto Companion Search Team).

Hydre a été photographiée en mai 2005 par le télescope spatial Hubble (en même temps que Nix) lors du programme de recherche de satellites de Pluton, Pluto Companion Search[4]. Les deux lunes furent originellement découvertes par Max J. Mutchler le et furent annoncées, une fois confirmées par d'autres observations, le [5],[6],[7].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom d'Hydre (Hydra) est officiellement adopté par la circulaire 8723 de l'Union astronomique internationale le [3].

Récapitulatif des noms officiels[modifier | modifier le code]

  • 15 mai 2005 – 31 octobre 2005 : découverte, pas encore de nom officiel ;
  • 31 octobre 2005 – 21 juin 2006 : S/2005 P 1 par l'IAUC 8625[8] ;
  • 21 juin 2006 – 13 septembre 2006 : Pluton III Hydre (en anglais Pluto III Hydra) par l'IAUC 8723[3] ;
  • depuis le 13 septembre 2006 : (134340) Pluton III Hydre (en anglais (134340) Pluto III Hydra) par l'IAUC 8747[9].

Orbite[modifier | modifier le code]

Hydre orbite autour du barycentre du système dans le même plan que Charon et Nix, à la distance d'environ 65 000 km. Son excentricité de 0,005 est certes faible, mais plus élevée que celle des autres satellites de Pluton[10]. Sa période orbitale est de 38,2 jours, soit un écart par rapport à une résonance 1:6 avec Charon de seulement 0,3 %.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste de Pluton, Charon et Nix depuis la surface d'Hydre.

Les caractéristiques physiques d'Hydre n'étaient pas connues avec précision à la fin 2005. Sa taille était initialement estimée entre 30 et 84 km[11], puis entre 44 et 130 km, selon que la valeur réelle de son albédo est de 35 % (comme Charon) ou 4 % (comme les objets transneptuniens les plus sombres)[12]. Au moment de sa découverte, Hydre était environ 25 % plus lumineuse que Nix, ce qui a conduit à estimer qu'elle était plus grande. Des mesures ultérieures ont indiqué qu'elles possédaient en fait la même luminosité et les variations de celle de Hydre sont probablement dues à des variations d'albédo à sa surface. Finalement, les mesures directes réalisées par l'instrument LORRI de la sonde New Horizons lors de son passage dans le système plutonien en juillet 2015 ont conclu à une taille de 55 × 40 kilomètres[1].

Encore plus que Charon, Hydre — tout comme Nix — semble posséder une couleur grise[13]. Pluton est plus rouge. Les deux couleurs (rouge et gris) sont communes dans la ceinture de Kuiper, mais leur diversité au sein du système plutonien est difficilement compatible avec la théorie de la formation de celui-ci lors d'un impact astronomique[14].

Hydre a été visitée en même temps que Pluton par la sonde New Horizons le qui, outre les mesures des dimensions précises de la lune, a pu déterminer qu'elle était probablement couverte de glace d'eau[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)New Horizons Captures Two of Pluto's Smaller Moons
  2. Nom complet officiel depuis le déclassement de Pluton du statut de planète à celui de planète naine en 2006. Avant cette date, son nom officiel était simplement Pluton III Hydre (Pluto III Hydra).
  3. a, b et c (en) Circulaire de l'Union astronomique internationale no 8723 (IAUC 8723).
  4. Composé de Hal A. Weaver, S. Alan Stern, Max J. Mutchler, Andrew J. Steffl, Marc W. Buie, William J. Merline, John R. Spencer, Eliot F. Young et Leslie A. Young
  5. Southwest Research Institute, Astronomers announce discovery of two new moons of Pluto, le 31 octobre 2005.
  6. [PDF] International Astronomical Union, S/2005 P 1 and S/2005 P 2, circulaire no 8625, le 31 octobre 2005.
  7. H. A. Weaver, S. A. Stern, M. J. Mutchler, A. J. Steffl, M. W. Buie, W. J. Merline, J. R. Spencer, E. F. Young, L. A. Young, The Discovery of Two New Satellites of Pluto, le 2 janvier 2006.
  8. (en)IAUC 8625.
  9. IAUC 8747.
  10. Buie M.W., Grundy W.M., Young, E.F., Young L.A., Stern S.A. (2005), Orbits and photometry of Pluto's satellites: Charon, S/2005 P1 and S/2005 P2, The Astronomical Journal, le 19 décembre 2005.
  11. H. A. Weaver; S. A. Stern, M. J. Mutchler, A. J. Steffl, M. W. Buie, W. J. Merline, J. R. Spencer, E. F. Young and L. A. Young (23 February 2006). "Discovery of two new satellites of Pluto". Nature 439 (7079): 943–945. arXiv:astro-ph/0601018. Bibcode:2006Natur.439..943W. doi:10.1038/nature04547. PMID 16495991.
  12. Background Information Regarding Our Two Newly Discovered Satellites of Pluto sur le site du Southwest Research Institute.
  13. S.A. Stern, M.J. Mutchler, H.A. Weaver, A.J. Steffl, The Positions, Colors, and Photometric Variability of Pluto's Small Satellites from HST Observations 2005-2006, le 29 avril 2006.
  14. S.A. Stern, H.A. Weaver, A.J. Steffl, M.J. Mutchler, W.J. Merline, M.W. Buie, E.F. Young, L.A. Young, J.R. Spencer, Characteristics and Origin of the Quadruple System at Pluto, le 23 décembre 2005.
  15. (en) Hydra Emerges from the Shadows par Tricia Talbert sur le site de la NASA le 15 juillet 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :