Houcine Abassi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Houcine Abassi
Description de cette image, également commentée ci-après

Houcine Abassi en 2016

Naissance (69 ans)
Sbikha, Tunisie
Nationalité tunisienne
Profession
Conseiller pédagogique
Syndicaliste
Activité principale
Secrétaire général de l'UGTT (2011-2017)

Houcine Abassi (حسين العباسي), né le 19 août 1947 à Sbikha, est un syndicaliste tunisien, secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) de 2011 à 2017.

L'UGTT est l'une des composantes du quartet du dialogue national qui obtient le prix Nobel de la paix 2015 pour son succès dans la mission qui a abouti à la tenue des élections présidentielles et législatives ainsi qu'à la ratification de la nouvelle Constitution en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1947 à Sbikha, Houcine Abassi commence sa carrière professionnelle en tant qu'instituteur, avant d'être promu au poste de conseiller pédagogique de l'enseignement secondaire en 1973[1].

Il rejoint les rangs de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) en 1973[2] et y occupe plusieurs postes, tant à l'échelle régionale que nationale[1],[3] :

  • 1983 : membre du syndicat général des surveillants ;
  • 1997 : membre de l'Union régionale du travail à Kairouan ;
  • 2002 : secrétaire général de l'Union régionale du travail à Kairouan ;
  • 2006 : membre du bureau exécutif chargé de la législation et du département des études ;
  • 2011 : 13e secrétaire général de l'UGTT[4] à l'issue des travaux du 22e congrès, succédant alors à Abdessalem Jerad.

Il est par ailleurs membre permanent du bureau exécutif de la Confédération syndicale internationale et président de la Confédération syndicale arabe[5].

En tant que secrétaire général de l'UGTT, il est l'un des artisans du dialogue national qui a sorti la Tunisie d’une profonde crise politique et remis le pays sur les rails de la transition démocratique[6]. Il cède sa place à Noureddine Taboubi en 2017[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Houcine Abassi est marié et père de quatre enfants[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Biographie de Houssine Abassi, nouveau secrétaire général de l'UGTT », sur espacemanager.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  2. Maryam Omar, « Congrès de l'UGTT : Houcine Abbassi, le 13e secrétaire général de la centrale syndicale », sur webmanagercenter.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  3. « Qui est Houcine Abbassi, probable futur secrétaire général de l'UGTT », sur tuniscope.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  4. Med Ali Ben Rejeb, « Tunisie : sans surprise, Abbassi est le nouveau secrétaire général de l'UGTT », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  5. « Une soirée avec le Quartet du dialogue national Tunisien, Prix Nobel de la paix », sur ccmm.ca, (consulté le 27 janvier 2017)
  6. « Houcine Abassi, l’homme du dialogue tunisien », sur la-croix.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  7. « UGTT : Noureddine Tabboubi succède à Houcine Abassi », sur leaders.com.tn, (consulté le 27 janvier 2017)
  8. « Béji Caïd Essebsi a décoré les représentants du quartet et les familles des martyrs Belaïd, Brahmi et Naguedh », sur rtci.tn, (consulté le 27 janvier 2017)
  9. « Quartet tunisien : la Légion d’honneur à Paris avant le Nobel de la paix à Oslo », sur jeuneafrique.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  10. « Houcine Abassi reçoit à Berlin le prix de la fondation allemande pour l’Afrique par le président allemand », sur businessnews.com.tn, (consulté le 27 janvier 2017)
  11. « Houcine Abassi reçoit le "Prix de l’équité 2015" à Washington », sur espacemanager.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  12. « Tokyo : Houcine Abassi reçoit un doctorat honorifique de l'Université Shoshida », sur espacemanager.com, (consulté le 25 février 2017), bien que l'université mentionnée soit incorrecte car Houcine Abassi se trouve ce jour-là à l'université Dōshisha de Kyoto selon (en) « Global Leadership Forum - Tunisian National Dialogue Quartet (2015 Novel Peace Prize) », sur grm.doshisha.ac.jp, (consulté le 26 février 2017)

Article connexe[modifier | modifier le code]