Hidoua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hidoua
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Extrême-Nord
Département Mayo-Tsanaga
Démographie
Population 569 hab. (1987[1])
Géographie
Coordonnées 10° 58′ 29″ nord, 13° 45′ 44″ est
Altitude 1 020 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Hidoua
Géolocalisation sur la carte : Extrême-Nord
Voir sur la carte administrative d'Extrême-Nord (Cameroun)
City locator 14.svg
Hidoua
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Hidoua
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Hidoua

Hidoua (ou Ridoua) est un village du Cameroun situé dans la région de l'Extrême-Nord, le département du Mayo-Tsanaga et l'arrondissement de Mokolo.

Géographie et administration[modifier | modifier le code]

Hidoua se trouve à proximité de la frontière avec le Nigeria, à 5 km de Goshi et à 13 kilomètres de Tourou[2].

Population[modifier | modifier le code]

En 1966-1967, la localité comptait 569 habitants, principalement des Mafa[1].

Lors du recensement de 1987, on y a dénombré 736 personnes[3].

Attaques terroristes[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 9 au , des combattants de Boko Haram ont attaqué le village Hidoua, tuant sept personnes. 246 maisons, une école et quatre églises ont été brûlées. Plusieurs cheptels d’animaux, de l’argent et des tonnes de produits alimentaires ont également été dérobés[2].

Le , les forces armées camerounaises ont mené une riposte le dans le village Goshi-Nigeri tuant près de 30 terroristes, détruisant deux véhicules et récupérant des armes et des motos appartenant au groupe terroriste ; cette riposte a coûté la vie à un soldat camerounais[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire des villages du Margui-Wandala, ORSTOM, Yaoundé, juin 1972, p. 69
  2. a b et c Jacques Kaldaoussa, « Mayo-Tsanaga : 7 villageois tués et 246 maisons incendiées à Tourou », sur mutations-online.info (consulté le 10 juillet 2016)
  3. (en) Nicholas David, Metals in Mandara Mountains Society and Culture, Africa World Press, 2012, p. 127[lire en ligne]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Association pour la Formation, l'Intégration et l'Insertion des Réfugiés et des Déplacés, Rapport d'évaluation multisectorielle de Guitsenad-Tourou. Département Mayo Tsanaga, du 10 au , , 20 p., [lire en ligne]
  • Dictionnaire des villages du Margui-Wandala, ORSTOM, Yaoundé, , 115 p.
  • Jean-Yves Martin, Les Matakam du Cameroun : essai sur la dynamique d'une société pré-industrielle, ORSTOM, Paris, 1970, 215 p., [lire en ligne]
  • Zacharie Perevet, Les Mafa : un peuple, une culture, Éditions CLÉ, Yaoundé, 2008, 221 p. (ISBN 978-995-609103-4) extrait

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]