Hayashi Ōen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hayashi Ōen
Gendokan-ato.JPG

Monument Museum Hara Michi (parc du château de Chiba)

Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Sanctuaire de Sakurayama (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Maître
Nagase Masaki (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Élèves
Yokoi Shōnan, Ōtaguro Tomoo, Todoroki Buhee (d), Kaya Harukata (d), Ōmura MasujirōVoir et modifier les données sur Wikidata

Hayashi Ōen (林桜園?), 1797– , est un médecin, stratège militaire, érudit, prêtre shinto et nationaliste japonais.

Samouraï par sa naissance, Ōen naît dans la famille de Hayashi Mataemon Michihide, vassal installé à Kumamoto. Étudiant auprès de Nagase Masaki[1], il est remarqué pour ses études savantes des classiques japonais de Higo[2]. Caractère profondément religieux, Ōen accorde beaucoup d'importance à l'emploi du rituel ukehi dans la divination[3].

Ōen propage ses idées très xénophobes par le biais du Gendōkan, école han qu'il fonde en 1837 au château de Chiba. Il préconise la résistance à l'influence et au commerce de l'Occident et recommande l'expulsion des étrangers du Japon. En 1868, il est nommé professeur au Jishūkan et sert également de conseiller à Iwakura Tomomi. Il meurt à l'âge de 74 ans au domicile de son étudiant Ōtaguro Tomoo[3].

Après sa mort, ses élèves, dirigés par Tomoo, adoptent ses enseignements pour former la base du mouvement Shinpūren[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Donald Calman, The Nature and Origins of Japanese Imperialism: A Reinterpretation of the Great Crisis of 1873, Psychology Press, , 77 p. (ISBN 978-0-415-06710-2, lire en ligne)
  2. 福岡ユネスコ協会, Fukuoka Unesco, 福岡ユネスコ協会,‎ (lire en ligne), p. 20
  3. a et b Mitsuo, Hori, « Encyclopedia of Shinto », Kokugakuin University (consulté le 20 juin 2012)
  4. Marius B. Jansen, The Cambridge History of Japan: The nineteenth century, Cambridge University Press, , 391 p. (ISBN 978-0-521-22356-0, lire en ligne)
  5. Eiko Maruko Siniawer, Ruffians, Yakuza, Nationalists: The Violent Politics of Modern Japan, 1860-1960, Cornell University Press, , 18 p. (ISBN 978-0-8014-4720-4, lire en ligne)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]