Hanns Johst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant allemand
image illustrant un dramaturge image illustrant le nazisme
Cet article est une ébauche concernant un écrivain allemand, un dramaturge et le nazisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Hanns Johst en 1933

Hanns Johst (né le 6 juillet 1890 à Seerhausen à côté de Riesa en Saxe, mort le 23 novembre 1978 à Ruhpolding dans les Alpes bavaroises) est un écrivain, dramaturge et une personnalité nazie. Signataire en 1933 de la Gelöbnis treuester Gefolgschaft, sorte de déclaration d'allégeance à Adolf Hitler, il est à partir de 1935 le président de la Reichsschrifttumskammer (chambre de la littérature) et de la Deutsche Akademie für Dichtung (académie de poésie) sous le Troisième Reich. Il est également officier de la SS, et figure sur la Sonderliste de la Gottbegnadeten-Liste. Arrêté à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est condamné à trois ans et demi de prison.

« Schlageter »[modifier | modifier le code]

Johst écrit en 1933 une pièce intitulée Schlageter (de), expression de l'idéologie nazie et jouée lors de l'anniversaire d'Adolf Hitler pour célébrer l'arrivée au pouvoir des Nazis. Il s'agit d'une hagiographie héroïque du martyr « pré-nazi » Albert Leo Schlageter (1894-1923). La phrase « quand j'entends le mot culture, je sors mon révolver », souvent prêtée à des dirigeants nazis, vient de cette pièce. Mais la phrase originale est un peu différente : « Wenn ich Kultur höre ... entsichere ich meinen Browning !. » « Quand j'entends parler de culture... je relâche la sécurité de mon Browning ! » (acte 1, scène 1). Elle est dite par un personnage de la pièce, dans une conversation avec le jeune Schlageter. Dans cette scène, Schlageter et son camarade de temps de guerre Friedrich Thiemann étudient pour préparer un examen d'université mais commencent à se disputer si cela vaut la peine de faire cela alors que la nation n'est pas libre. Thiemann affirme qu'il préfèrerait se battre plutôt que d'étudier.

Notes et références[modifier | modifier le code]