Hankyoreh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hangyore Sinmun)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la presse écrite image illustrant la Corée du Sud
Cet article est une ébauche concernant la presse écrite et la Corée du Sud.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Hankyoreh (« une seule nation ») est un quotidien sud-coréen. Sur son site internet, une partie de ses articles sont traduits en anglais.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Classé au centre-gauche, le journal a été fondé en 1988 par des journalistes dissidents, opposants au régime militaire, dans le contexte de libéralisation politique ayant permis la parution de nouveaux titres[1]. Son objectif était de fournir une alternative indépendante, pro-coréenne et orientée à gauche face aux journaux traditionnels (Dong-a Ilbo, Chosun Ilbo) considérés comme aveuglément favorable au monde des affaires et aux États-Unis et opposé à la réunification. Pour souligner sa différence et son patriotisme, il fut le premier quotidien à abandonner complètement l'utilisation de caractères chinois (hanja) et à imprimer les textes horizontalement et non verticalement[2].

Son tirage s'élève à 500 000 exemplaires. L'équipe du quotidien publie également un hebdomadaire, Hankyoreh 21.

Un actionnariat original[modifier | modifier le code]

Le capital du journal est détenu, en 2007, par ses journalistes et plus de 61 600 petits actionnaires, dont aucun ne détient plus de 1 % du capital total, afin de garantir l'indépendance du quotidien[3].

Un contrepoids aux quotidiens conservateurs[modifier | modifier le code]

Dans un paysage médiatique sud-coréen qui reste dominé par les titres conservateurs, le Hankyoreh se distingue par sa ligne éditoriale de centre-gauche. En particulier, il est le seul des grands quotidiens nationaux à soutenir la politique d'ouverture du gouvernement coréen vis-à-vis de la Corée du Nord[4]. Le quotidien a ainsi publié les mémoires de Ri In-mo, ancien prisonnier politique communiste, resté enfermé pendant trente-quatre ans[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'article détaillé Histoire de la Corée du Sud.
  2. http://www.courrierinternational.com/notule-source/hankyoreh
  3. "Le Hankyoreh Shinmun : un actionnariat original", extrait d'un rapport du Sénat français, "Médias et enseignement supérieur au Japon et en Corée du Sud : entre traditions et modernité", juillet 2007, p. 11
  4. Source : Sénat, op. cit.
  5. Voir l'article détaillé consacré à Ri In-mo

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]