Halitherium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Halitherium
Description de cette image, également commentée ci-après
Squelette d'Halitherium schinzii au Muséum national d'histoire naturelle à Paris.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Sirenia
Famille Dugongidae

Genre

 Halitherium
Kaup[1], 1838

Espèces de rang inférieur

  • Halitherium alleni Simpson, 1932
  • Halitherium antillense Matthew, 1916
  • Halitherium schinzii (Kaup, 1838) (type)
  • Halitherium taulannense Sagne, 2001

Halitherium est un genre éteint de grands mammifères marins, appartenant à la famille des dugongidés, qui vivait de la fin de l'Éocène jusqu'au Miocène supérieur. Ses restes fossiles sont communs en Europe[2]. Les restes de Metaxytherium medium ont souvent été rapportés au Dugongidae Halitherium dans la littérature du XIXe siècle alors que cette dernière espèce est associée par Gaudry à une forme du Miocène inférieur, même si Voss en 2014 considère Halitherium comme un nomen dubium.

Classification[modifier | modifier le code]

Halitherium est un genre de la sous-famille Halitheriinae, qui inclut le genre Eosiren et les Eotheroides, qui a vécu de la période du Éocène à l'Oligocène[3].

Taxonimie[modifier | modifier le code]

Reconstitution d'Halitherium schinzii.

Le genre Halitherium possède pour Daryl Paul Domning[4]. en 1987 une histoire taxinomique confuse. Il a été originellement créé par Johann Jakob Kaup, en 1838 à partir d'une prémolaire provenant du Rupélien du sud de l'Allemagne qui a malheureusement été considérée comme appartenant à gehort zu Hippopotamus dubius Cuv. (Cuvier), sans savoir que cette espèce était un synonyme junior de Prototherium minima, tandis qu'il attribuait le nom de Pugmeodon schinzii pour le même spécimen[5].

De son côté, Christian Erich Hermann von Meyer incluait l'holotype d'Halitherium schinzii dans son espèce composite Halianassa studeri[6] (1838), qui renfermait, notamment les types de Metaxytherium medium et Protosiren minima comme un maxillaire du Miocène et un squelette provenant de Suisse[7],[8].

Ultérieurement, Kaup[9] mettait en synonymie Pugmeodon avec Halitherium et créait la nouvelle combinaison Halitherium schinzii et à partir de ce moment, le genre Halitherium devint universellement accepté comme le nom des restes d'Halitheriinae de l'Oligocène inférieur d'Europe (Kaup, 1855).

Halitherium étant toutefois basé sur une espèce type mal identifiée, et en raison de l'usage très répandu de ce nom de genre, le spécialiste des siréniens Daryl Paul Domning en 1987, a proposé à la ICZN de désigner Pugmeodon schinzii, comme l'espèce type d'Halitherium, une proposition approuvée peu après qui a fait de Pugmeodon un synonyme junior objectif d'Halitherium (ICZN, 1989) en ligne avec le concept courant d'Halitherium introduit par Kaup lui-même[10],[11].

En dehors d'Halitherium schinzii, cinq autres espèces d'Halitherium ont été considérés comme valides :

Pourtant, Halitherium taulannense représente une espèce distincte, un genre non nommé, pendant qu'Halitherium antillense est un nomen dubium, et Halitherium christolii et Halitherium bellunense ont été renommés Lentiarenium et Italosiren[17],[18] laissant Halitherium alleni comme seule espèce pouvant être considérée comme congénère d'Halitherium schinzii.

Voss en 2013 et 2014[19] a toutefois considéré qu'Halitherium devrait être regardé comme un nomen dubium du fait que ce taxon a été créé à partir d'un matériel non diagnostiqué avant qu'une étude ultérieure ne montre que les spécimens habituellement attribués à Halitherium schinzii appartiennent, en fait, à deux espèces distinctes dont l'une était Halitherium bronni (Krauss, 1858) réattribuée à un nouveau genre Kaupitherium[20],[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) J. J. Kaup. 1838. Über die Zähne von Halitherium und Dugong, Neues Jahrbuch für Mineralogie, Geognosie, Geologie und Petrefaktenkunde 1838:536.
  2. C. Sagne, Halitherium taulannense, nouveau sirénien (Sirenia, Mammalia) de l’Éocène supérieur provenant du domaine Nord-Téthysien (Alpes-de-Haute-Provence, France). Compte Rendu de l’Académie des Sciences de Paris, Sciences de la Terre et des Planètes/Earth and Planetary Sciences, vol. 333, 2001, p. 471-476
  3. (en) D. P. Domning. 1996. Bibliography and Index of the Sirenia and Desmostylia. Smithsonian Contributions to Paleobiology 80:1-611
  4. (en) D. P. Domning. 1987. Halianassa studeri von Meyer, 1838 (Mammalia, Sirenia): proposed designation of a neotype, and proposed conservation of Halitheirum Kaup, 1838 by designation of a type species. Bulletin of Zoological Nomenclature 44(2):122-125
  5. (de) Kaup, J.J., 1838. [Über Zahnen von Halytherium and Pugmeodon aus Fionheim.] Neues Jahrbuchfiir Mineralogie, Geologic und Paldontologie, 1838: 318-320
  6. (de) Meyer, H. von. 1838. [Letter to H. G. Bronn.] Neues Jahrbuch für Mineralogie. Geologic und Paläontologie, 1838: 667-669.
  7. (de) Studer, T. 1887. Ueber den Steinkern des Gehirnraumes einer Sirenoide aus dem Muschelsandstein von Wiirenlos (Kanton Aargau), nebst Bemerkungen iiber die Gattung Halianassa H. von Meyer und die Bildung des Muscheisandsteins. Abhandlungen der Schweizerischen Paldontologischen Gesellschaft, 14(3): 1-20
  8. Duvernoy, G. L. 1835. Plusieurs notes sur quelques ossemens fossiles de l'Alsace et du Jura. Mémoires de la Société du Museum d'Histoire Naturelle de Strasbourg, 2 Mem. GG: 1-12.
  9. (de) Kaup, J.J. 1855. Beitraegezurnaeheren Kenntnissderurweltlichen Saeugethiere"", vol.2, 1-23 pp. Darmstadt.
  10. (en) Domning, Daryl, 1987. Halianassa studeri von Meyer, 1838 (Mammalia, Sirenia): proposed designation of a neotype, and proposed conservation of Halitherium Kaup, 1838 by designation of a type species. Bull. Zool. Nomencl. 44(2): 122-125
  11. (en) International Commission on Zoological Nomenclature, 1989. Opinion 1535: Halianassa studeri von Meyer, 1838 (Mammalia, Sirenia): neotype designated; and Halitherium Kaup, 1838 (Mammalia, Sirenia): Pugmeodon schinzii Kaup, 1838 designated as the type species. Bull. Zool. Nomencl. 46(1): 83-84
  12. (en) Simpson GG. 1932. Fossil Sirenia of Florida and the evolution of the Sirenia. Bulletin of the American Museum of Natural History 59: 419–503
  13. (en) Matthew WD. 1916. New sirenian from the Tertiary of Porto Rico, West Indies. Annales of New York Academy of Science 27: 23–29
  14. (de) Fitzinger LJ. 1842. Bericht über die in den Sandlagern von Linz aufgefundenen fossilen Reste eines urweltlichen Säugers (Halitherium cristolii). Bericht über das Museum Francisco Carolinum Linz 6: 61–72
  15. (it) De Zigno A. 1875. Sirenii fossili trovati nel Veneto. Membro Effettivo del Reale istituto Veneto di Scienze, Lettre ed Arti 18: 1–30
  16. Sagne C. 2001. Halitherium taulannense, nouveau sirénien (Sirenia, Mammalia) de l’Éocène supérieur provenant du domaine Nord-Téthysien (Alpes-de-Haute-Provence, France). Comptes rendus de l’Académie des Sciences de la Terre et des Planètes 333: 471–476
  17. (en) Voss, M., Berning, B., and Reiter, E., 2016, A taxonomic and morphological re-evaluation of “Halitherium” cristolii Fitzinger, 1842 (Mammalia, Sirenia) from the late Oligocene of Austria, with the description of a new genus: European Journal of Taxonomy, v. 256, p. 1–32.
  18. (en) Manja Voss; Silvia Sorbi; Daryl P. Domning (2017). Morphological and systematic re-assessment of the late Oligocene "Halitherium" bellunense reveals a new crown group genus of Sirenia. Acta Palaeontologica Polonica. 62 (1): 163–172. doi:10.4202/app.00287.2016
  19. (en) Voss, Manja. On the invalidity of Halitherium schinzii Kaup, 1838 (Mammalia, Sirenia), with comments on systematic consequences. Zoosystematics and Evolution 90 (2014): 87. [1]
  20. (en) Voss, 2013. [2]
  21. (en) Manja Voss & Oliver Hampe (2017). Evidence for two sympatric sirenian species (Mammalia, Tethytheria) in the early Oligocene of Central Europe. Journal of Paleontology. in press. doi:10.1017/jpa.2016.147

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

(en) Référence Paleobiology Database : Halitherium Kaup, 1838

Sources[modifier | modifier le code]

  • Fossiles, revue, n°30, 2017. Les fossiles oligocènes-miocènes des environs de Rennes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]