Guy Nzouba-Ndama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guy Nzouba-Ndama, né le à Koulamoutou dans le département de Lolo-Bouenguidi[1],[réf. insuffisante][2], est un homme politique gabonais, membre du Parti démocratique gabonais (PDG) et président de l'Assemblée nationale de janvier 1997[3] à mars 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nzouba-Ndama commence l'enseignement de la philosophie en septembre 1975 et est nommé directeur de l'orientation à la direction générale des bourses et stages en novembre suivant, tout en continuant à enseigner. En 1980, il est devient directeur général des bourses et stages[1] et reste à ce poste jusqu'en 1983[2].

D'abord nommé au gouvernement comme ministre délégué auprès du ministre d'État au Commerce et à l'Industrie en mars 1983, il est ensuite promu, le 18 novembre 1987, au poste de ministre de l'Éducation nationale où il demeure jusqu'en 1990. Il est ensuite conseiller politique du président Omar Bongo de février à novembre 1990.

Aux élections parlementaires de 1990[2], il est élu à l'Assemblée nationale comme député de Koulamoutou[1], puis il occupe la fonction de président du groupe parlementaire du PDG de 1990 à 1996. Réélu comme parlementaire en décembre 1996[2], Guy Nzouba-Ndama est élu au poste de président de l'Assemblée nationale le 27 janvier 1997[réf. insuffisante][4].

Après les élections législatives de décembre 2001, il est reconduit à la présidence de l'Assemblée nationale le 25 janvier 2002[4] par 111 voix[5]. De nouveau réélu député en décembre 2006[4], il entame un troisième mandat en tant que président de l'Assemblée le 24 janvier 2007, recevant 111 voix sur 120 députés[6].

Membre du comité exécutif de l'Union interparlementaire de 1999 à 2003, Guy Nzouba-Ndama est aussi président de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie de 2007 à 2009[1].

Au sein du PDG, il est choisi par le président Omar Bongo pour assurer la présidence du comité préparatoire et diriger les travaux du neuvième congrès de ce parti, qui se tient du 19 au 21 septembre 2007[7]. Il est aussi vice-président du PDG.

Le 31 mars 2016, en séance plénière, il annonce sa démission de la Présidence de l'Assemblée Nationale, 19 ans après y avoir été élu, la première fois, le 27 janvier 1997[8] ; à la suite, neuf autres députés démissionnent à leur tour[9].

Le 5 avril 2016, il annonce sa candidature à l'élection présidentielle d'août 2016[10].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Guy Nzouba-Ndama, Une éthique du pouvoir : l'art politique d'Omar Bongo Ondimba, Libreville (Gabon), Éditions Raponda-Walker, , 112 p. (ISBN 9782912776730)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Éléments de biographie de Monsieur Guy Nzouba-Ndama, président de l'Assemblée nationale du Gabon, président de l'APF », sur apf.francophonie.org, Assemblée parlementaire de la francophonie
  2. a, b, c et d « Gabon : les hommes de pouvoir (n° 4)  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Africa Intelligence, 5 mars 2002, consulté le 6 avril 2016.
  3. « Guy Nzouba-Ndama » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur osmosegabon.ifrance.com, consulté le 2 avril 2016.
  4. a, b et c Os
  5. « Dans la foulée des législatives le Premier ministre, reconduit, fait entrer des opposants au gouvernement  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2 2002.
  6. « Gabon : Guy Nzouba-Ndama réélu Président de l’Assemblée nationale  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 24 janvier 2007, sur infosplusgabon.com, consulté le 6 avril 2016.
  7. « Gabon : 9e Congrès du PDG - Guy Nzouba Ndama désigné à la présidence du bureau  », sur bdpgabon.org,‎ (consulté le 6 avril 2016).
  8. « Gabon : démission du président de l'Assemblée nationale, Guy Nzouba-Ndama », RFI,‎
  9. « Gabon : démission de neuf députés du parti au pouvoir », sur tv5monde.com (consulté le 2 avril 2016)
  10. « Présidentielle 2016 : Guy Nzouba Ndama, candidat ! », sur gaboneco.com,‎ (consulté le 6 avril 2016)