Guy Cudell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Cudell
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Député
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Schaerbeek tombe de Guy Cudell 001.jpg
Vue de la sépulture.

Guy Cudell (Woluwe-Saint-Pierre, - ) est un homme politique belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Cudell, naît le 12 février 1917, à Woluwe-Saint-Pierre, dans une famille bourgeoise, issue d’une famille du sud-ouest de la France, protestante et émigrée en Belgique. Il perd à 16 ans, sa mère, alors qu’il poursuit ses études secondaires au collège Saint-Michel[1].

Guy Cudell s’engage dans les Faucons rouges, puis le mouvement des Jeunes gardes socialistes (JGS). En 1937, il présente et réussit le jury central. C’est à cette époque qu’il rencontre Marthe Vandenbergh qu'il épouse en 1939[2]. Féministe, il ira travailler, pendant que son épouse accomplira des études universitaires. Le couple aura trois enfants[1].

Il est journaliste pour le quotidien syndicaliste socialiste bruxellois Le Peuple, ce qui aura une incidence sur son engagement politique, dès 1946[1].

Guy Cudell est surtout connu en Belgique pour avoir été un bourgmestre socialiste de la plus petite (1,13 km2), de la plus allochtone (3/4 de la population y serait issue d'au moins un grand-parent né hors de Belgique, le plus souvent au Maroc ou en Turquie) et de la plus pauvre (trois habitants sur cinq ont des revenus au-dessous du seuil imposable) des communes du royaume, Saint-Josse-ten-Noode, durant 46 ans, de 1953 à sa mort.

Il est élu pour la première fois au conseil communal de Saint-Josse après les élections de 1947, devenant aussitôt échevin de l'enseignement, pour succéder en au bourgmestre PSC André Saint-Rémy. Après son décès en fonctions en 1999, son successeur fut Jean Demannez, échevin et député régional, également membre du Parti socialiste.

Guy Cudell est aussi à plusieurs reprises élu à la Chambre des représentants, et même secrétaire d'État aux affaires bruxelloises dans d'éphémères gouvernements nationaux, celui d'Edmond Leburton en 1973-1974, et deux de Wilfried Martens (Martens I, - , et Martens II, - ).

Guy Cudell fut également un militant internationaliste, qui accordait grâce à sa fonction mayorale des permis de séjour à des Algériens venus de France pendant la guerre d'Algérie et des papiers d'identité à des déserteurs français[3], et qui ramena Daniel Bensaïd en France via un chemin de traverse dans sa voiture personnelle après une conférence donnée à Bruxelles en 1968, alors que le leader étudiant était recherché par la police française sous prétexte de désertion[4],[5].

Le , Guy Cudell est enlevé par René Busschot, un de ses administrés, qui réclame une rançon de 40 millions de francs belges (un million d'euros)[6]. Cet épisode ne sera jamais complètement éclairci, notamment quant à son dénouement rocambolesque : Guy Cudell aurait réussi à se défaire des menottes qui l'attachaient à un radiateur, prenant ensuite la fuite[7]. Le ravisseur avouera son forfait avant de prétendre Guy Cudell de mèche. Et écopera de trois ans avec sursis[8].

Atteint d'un cancer, il est hospitalisé et meurt le 16 mai 1999[9].

Il fut le quinzième premier magistrat de la commune.

Postérité[modifier | modifier le code]

Un film documentaire réalisé en 1996 par Marie-Hélène Massin, Le bourgmestre a dit[10] a immortalisé pour la postérité ce personnage haut en couleur dans des scènes de la vie politique quotidienne. Guy Cudell fut le dernier bourgmestre en Belgique à porter l'uniforme avec une épée et un bicorne. Il a son géant depuis 1993, soit six ans avant son décès[11]. La place au carrefour des rues de la Pacification, de l’Artichaut, de Spa et des Guildes porte le nom de «place Guy Cudell»[12]. Un lycée porte également son nom[13].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Guy Cudell: les dix ans de la mort du maïeur », sur sudinfo.be (consulté le ).
  2. « Décès de Marthe Cudell », sur Le Soir Plus (consulté le )
  3. Jacques Charby, Les porteurs d'espoir : les réseaux de soutien au FLN pendant la guerre d'Algérie : les acteurs parlent, Paris, Éditions La Découverte, , 300 p. (ISBN 2-7071-4161-5 et 978-2-7071-4161-3, OCLC 56967241), p. 260
  4. https://www.revuepolitique.be/wp-content/themes/revue-politique/humans.txt, « Mai n’avait pas commence en 1968 (3/7) », sur Politique, (consulté le )
  5. Débat 68-2008, « Mai 68-Bruxelles: Mai 68 ... », sur Mai 68-Bruxelles, (consulté le )
  6. DH Les Sports+, « Guy Cudell, dix ans déjà », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  7. « Un jour dans l'info: l'enlèvement du bourgmestre de Saint-Josse », sur RTBF Info, (consulté le )
  8. « Dossiers criminels », sur users.skynet.be (consulté le )
  9. « Bruxelles a perdu un de ses géants politiques L'homme des grands défis Il s'est lancé le premier dans la politique d'intégration », sur Le Soir Plus (consulté le )
  10. « Le Bourgmestre a dit, de Marie-Hélène Massin. Les lois de l'hospitalité », site cinergie.be
  11. « LES GÉANTS DE SAINT-JOSSE »
  12. « Des places Guy Cudell et Jean Demannez à Saint-Josse », sur Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net (consulté le )
  13. « Lycée Guy Cudell 1210 – LGC 1210 » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :