Gunārs Priede

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gunārs Priede
Naissance
Riga
Drapeau de la Lettonie Lettonie
Décès (à 72 ans)
Riga, Drapeau de la République socialiste soviétique de Lettonie RSS de Lettonie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture letton

Œuvres principales

Smaržo sēnes (1967)
Centrifūga (1985)

Gunārs Priede, né le à Riga et mort le dans la même ville, est un écrivain et dramaturge letton[1]. Ses œuvres révélées au public au milieu des années 1950, peuplées de personnage lyriques rappellent l'univers tchekhovien. Son travail le plus puissant, Centrifugeuse (Centrifūga, 1985) décrit avec force le sort des Lettons pendant la Seconde Guerre mondiale[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur architecte de formation, diplômé de l'Université de Lettonie en 1953, Gunārs Priede commence sa carrière à l'Institut de construction de l'Académie des sciences de Lettonie, puis travaille comme professeur à l'école d'agricultures de Riga (1955-1957), professeur à l'école de formation continue agricole (1955) et à l'école du bâtiment (1957-1958).

Il s'illustre comme critique théâtral à partir de 1949, collaborant avec le périodique Literatūra un Māksla et écrit sa première pièce L’Été du petit frère, exploitant le thème du conflit de générations dont l'action se situe au sein d'un kolkhoze, qui sera adapté au Théâtre d'art Rainis par Peteris Petersons en 1956[3]. Par la suite plusieurs de ses œuvres seront construites autour du problème de la jeunesse[4].

Plus tard, parallèlement à sa carrière littéraire, Gunārs Priede est conseiller dramatique à l'Union des écrivains de la RSS de Lettonie (1958-1960), membre, puis directeur du département des scénaristes du Riga Film Studio (1960-1964), expert artistique et membre de la commission du contrôle des productions théâtrales au Ministère de la culture de la RSS de Lettonie (1964-1965), premier secrétaire de l'Union cinématographique de la RSS de Lettonie (1965-1968), secrétaire, puis premier secrétaire de l'Union des écrivains (1972-1984), membre du comité d'attribution du prix d’État et du prix Lénine auprès du conseil des ministres de la RSS de Lettonie (1975-1989), et enfin le président du comité du parc mémorial de Riga à partir de 1989.

Son écriture véhicule d'abord les idées préconçues, conformes à l'idéologie de l'époque, mais va progressivement évoluer et atteindre une dimension plus profonde [5]. En 1967, sa pièce Parfum des champignons, une satire qui prend pour cible un haut fonctionnaire soviétique et son entourage, est interdite par la censure. Dans la foulée, Priede se voit démis de ses fonctions du premier secrétaire de l'Union cinématographique de Lettonie. Le Parfum des champignons ne sera mise en scène qu'en 1986 au Théâtre de la jeunesse[4]. Le film mythique Respirez à fond (Elpojiet dziļi) connu aussi sous le titre Quatre chemises blanches de Rolands Kalniņš dont Priede signe le scénario, sorti la même année (1967), rencontrera son public également seulement en 1986, dans le contexte de la perestroïka - il est aujourd'hui inclus dans le Canon culturel letton[3],[6].

En 1997, dans la Lettonie indépendante, l'écrivain est fait officier de l'ordre des Trois Étoiles[7].

Gunars Priede passe ses dernières années à Lielvarde où il sera enterré.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dramaturgie
  • L’Été du petit frère (Jaunākā brāļa vasara, 1955)
  • Bien que l'automne (Lai arī rudens, 1956)
  • Normund's Girl (Normunda meitene, 1958)
  • Le Premier bal de Vika (Vikas pirmā balle, 1960)
  • Miks et Dzilna (Miks un Dzilna, 1963)
  • Ta bonne réputation (Tava labā slava, 1965)
  • Par le chemin des baleines (Pa valzivju ceļu, 1965)
  • La treizième (Trīspadsmitā, 1966)
  • Parfum des champignons (Smaržo sēnes, 1967)
  • Otilija et ses petits-enfants (Otīlija un viņas bērnubērni, 1971)
  • Feu de bois en contre-bas près de la gare (Ugunskurs lejā pie stacijas, 1972)
  • La Violette de l'Oudmourtie (Udmurtijas vijolīte, 1974)
  • Chant de pie (Žagatas dziesma, 1978)
  • On le connait ? (Vai mēs viņu pazīsim ?, 1980)
  • Drill (Mācību trauksme , 1980)
  • Lombric exaspéré (Saniknotā slieka, 1983)
  • Une filiale (Filiāle, 1983)
  • Centrifugeuse (Centrifūga, 1985)
  • Montagnes enneigées (Sniegotie kalni, 1986)
Scénarios

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Birutė Cipliauskaitė, Lithuanian Quarterly Journal of Arts and Sciences - Volume 26, No. 3, « The Family, Tradition and Art in the Theater of Gunars Priede », sur lituanus.org, (consulté en 13 lars 2017)
  2. (en)Peter Nagy, Philippe Rouyer, World Encyclopedia of Contemporary Theatre: Volume 1: Europe, Routledge, (ISBN 9781136118128, lire en ligne), p. 225
  3. a et b (lv)« Gunārs Priede (1928-2000) », sur letonika.lv (consulté le 14 mars 2017)
  4. a et b (lv)Juris Silenieks, « Jaunas iezīmes mūsdienu teātrī: Pauls Putniņš un Gunārs Priede. », sur jaunagaita.net, (consulté le 14 mars 2017)
  5. (en)Romuald J. Misiunas, Rein Taagepera, The Baltic States, Years of Dependence, 1940-1980, University of California Press, (ISBN 9780520046252, lire en ligne), p. 158
  6. (en)« "Elpojiet dziļi" or "Četri balti krekli" (Take a deep breath/Four white shirts) (1967) », sur kulturaskanons.lv (consulté le 14 mars 2017)
  7. (lv)« Ordeņa virsnieks Gunārs Priede », sur vestnesis.lv, (consulté le 14 mars 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]