Guerre de l'eau (Bolivie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre de l'eau.

La guerre de l'eau en Bolivie, aussi connue sous le nom de « guerre de l'eau de Cochabamba », désigne une série de mobilisations sociales qui se déroulèrent à Cochabamba, la troisième plus grande ville de Bolivie, entre janvier et avril 2000 à la suite de la privatisation du système municipal de gestion de l'eau. Consécutif au doublement des prix de l'entreprise Aguas del Tunari, filiale du groupe nord-américain Bechtel, ce cycle de protestation s'est conclu par l'annulation du contrat de concession de service public accordé pour quarante ans à l'entreprise et par l'abolition de la loi 2029, qui prévoyait la privatisation des eaux du pays[1].

Selon le journal The Ecologist en 2000, la Banque mondiale avait déclaré qu'elle ne renouvellerait pas un prêt de 25 millions de dollars US à la Bolivie si elle ne privatisait pas son service des eaux[2].

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Cet évènement est évoqué dans le film On est vivants (2015) de Carmen Castillo

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Rudel, La Bolivie, Karthala,‎ , p. 137
  2. (en) Benjamin Blackwell, « From Coca To Congress », The Ecologist,‎ (lire en ligne)
  3. (es) Rocio Garcia, « 'También la lluvia', a los Oscar », El Pais,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]