Giovanni Battista Biffi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Giovanni Battista Biffi
Accademia dei Pugni.jpg
Giambattista Biffi à l’Académie dei Pugni : debout entre Alessandro Verri et Cesare Beccaria assis.]]
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
CrémoneVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Giovanni Battista Biffi ou Giambattista Biffi, né le à Crémone où il est mort le , est un écrivain italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’une famille noble de Crémone[1], après des études de droit à l’université de Parme (1756-1760), le comte Biffi a rencontré, entre autres, le philosophe encyclopédiste et économiste Condillac et l'écrivain et essayiste Algarotti, qu’il appréciait tout particulièrement. Très imprégné des idées françaises[1], lecteur de Montesquieu[1], Voltaire[1], D'Alembert[1], Raynal[1], traducteur d’Helvétius et de Diderot[1], ami de Giuseppe Baretti et, avec Cesare Beccaria[1], et les frères Pietro et Alessandro Verri[1], il faisait partie du premier groupe de l’Académie des Pugni[1] et été proche des collaborateurs d’Il Caffè[1], mais sa renommée provient plutôt des lettres restées manuscrites, sur des voyages effectués de 1773 à 1777 à Venise, Gênes, Ferrare, dans le Piémont et dans le sud de la France[2], qui expriment des observations aiguës sur la politique, l’économie, l’art et les mœurs, qu’il a envoyées à ses amis[2] et qui ont fait l’objet d’une édition moderne.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Laurent Reverso, Les Lumières chez les juristes et publicistes lombards au XVIIIe siècle : influence française et spécificité, vol. 26, Collection d'histoire des institutions et des idées politiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires d'Aix-Marseille, 2004, 635 p., (ISBN 978-2-73140-398-5), p.  45.
  2. a et b (it) Giampaolo Dossena, « BIFFI, Giambattista », dans Enciclopedia Treccani, vol. 10, Rome, Istituto dell'Enciclopedia Italiana, .

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (it) Diario (1777-1781), Giampaolo Dossena, éd., Milan, Bompiani, 1976.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Laurent Reverso, Les Lumières chez les juristes et publicistes lombards au XVIIIe siècle : influence française et spécificité, vol. 26, Collection d'histoire des institutions et des idées politiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires d'Aix-Marseille, 2004, 635 p., (ISBN 978-2-73140-398-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]