Giovanna (Anna Voggi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giovanna (Anna Voggi, dite) est une artiste et écrivain née à Reggio-Emilia en 1934[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1965, elle fut, à l'instar de son compagnon Jean-Michel Goutier, invitée par André Breton et l'une des dernières personnes à rejoindre le groupe des Surréalistes.

En novembre de cette année-là, Giovanna (anagramme arrangée d'Anna Voggi) exécute une performance, "La Carte absolue" juste avant l'inauguration de l'exposition internationale du surréalisme "L’Écart absolu" (Galerie de l’Œil, Paris).

En 1967, elle expose à São Paulo, lors d'une exposition consacrée au surréalisme, ses travaux réalisés à partir d'une machine à écrire, entre le dessin et le texte, inaugurant une nouvelle forme d'automatisme.

Dès lors, elle sera présente dans de nombreuses expositions organisées par des proches de Breton (José Pierre, Édouard Jaguer et entre autres le mouvement Phases).

Dans les années 1970-72, elle prend comme support la grille de mots croisés no 249 du magazine "Le Nouvel Observateur" sur laquelle elle propose différentes solutions chromatiques à l'énigme posée. Certaines de ces grilles seront jointes à l'édition réservée du célèbre essai de Carlos Castaneda, L'Herbe du diable et la petite fumée édité par Le Soleil Noir.

Toujours au Soleil Noir, elle publiera dans la collection "Le Récipiendaire" (dirigée par J.-M. Goutier) deux textes aujourd'hui quasiment introuvables.

Les travaux de Giovanna depuis 1976 incluent à la fois des recherches plastiques et des créations textuelles.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • A Phala, Primeira Exposição Surrealista, Fundação Armando Álvares Penteado, São Paulo, mai 1967
  • "La Crête de l'incendie" (performance) in La Fureur poétique. Animation, recherche, confrontation, l'ARC, Paris, du 15 mars au 23 avril 1967 (Commissaire : José Pierre)
  • Voir : projection publique de 250 réponses au problème no 249, galerie Delpire, Paris, 1974
  • Surrealism Unlimited, Camden Arts Centre, Londres, 1978
  • "Self-Adhesive / Self-Matic", Actual, 1991
  • Performance : XVIIIe Festival international Polyphonix, Paris, 1992
  • Migration clandestine, Galerie Lumière Noire, Montréal, Québec, 1994
  • Performance : « La Part féminine dans le surréalisme », Colloque de Cerisy-la-Salle, 1997

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Anna Voggi] : William Blake, Innocence et expérience, coll. Le Récipiendaire, Le Soleil Noir, 1976
  • [Anna Voggi] : Deus ex machina, coll. Le Récipiendaire, Le Soleil Noir, 1977
  • Poèmes in Discours, éd. Plasma, 1979
  • "Ellébore" no 6, 1982
  • Lumière du jour, éd. Actual, 1989
  • Pacifique que ça (avec J.-M. Goutier), La Goutte d'eau, 1995
  • Publications dans la revue "Pleine Marge" no 12 (1990) & 23 (1996)

Études[modifier | modifier le code]

  • La Femme surréaliste, revue Obliques no 14-15, Borderie, 1977
  • [Article] "Giovanna" in A. Biro, R. Passeron, Ed. Jaguer, Dictionnaire Général du surréalisme et de ses environs, PUF, 1982
  • Erika Billeter & José Pierre, La Femme et le surréalisme, Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne, 1987, p. 501
  • [Film doc.] François Luxereau, Giovanna, naissance d'une œuvre, CNRS, 1988
  • Georgiana Colvile, Scandaleusement d'elles. Trente-quatre femmes surréalistes, Jean-Michel Place, Paris, 1999, p. 112
  • Laura Santone, "Jet, Tra-jet: la traversata dei segni di Giovanna", in Traiettorie della modernità. Il Surrealismo all'alba del terzo millennio, Torino, Lindau, 2003
  • [Article] "Giovanna" in K. Aspley, Historical Dictionary of Surrealism, Scarecrow Press, 2010

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après José Pierre, L'Univers surréaliste, 1983, p. 298

Voir aussi[modifier | modifier le code]